highlights



Chanel

L’allure du temps depuis 1987

English Español 中文

Chanel
E

n 1987 Chanel choisit de se lancer dans l’horlogerie avec la bien-nommée Première. Depuis, bien des choses se sont passées dans l’univers de la montre. En 30 ans, l’horlogerie a changé de statut: d’instrument destiné à indiquer à son porteur l’heure qu’il est avec la plus grande précision possible, la montre est devenue pur objet de plaisir, affirmation d’un style, assertion d’un statut, jouissance esthétique.

Il y a 30 ans, Chanel avait déjà pleinement anticipé cette profonde mutation de l’horlogerie. En 30 ans, au fil d’une horlogerie attentive à son allure, d’une horlogerie tournée vers le plaisir, le temps lui a donné raison.

Florilège de 30 ans de Temps Chanel.

TOUT COMMENCE AVEC LA PREMIÈRE

1987 – Première inaugurale

Chanel

En 1987, Chanel inaugurait son entrée sur la scène horlogère avec la bien nommée montre Première.

En hommage au génie du lieu de sa naissance, elle arborait et arbore toujours la géométrie exacte de la place où elle a été conçue, la célébrissime Place Vendôme. Une place qui joue un rôle central dans l’histoire de Mademoiselle Chanel, qui avait élu domicile dans une suite de l’hôtel Ritz sis Place Vendôme, et dans celle de la maison Chanel, qui y a installé son siège et sa boutique la plus prestigieuse.

Avec son boîtier octogonal surmonté d’un verre saphir à pans coupés, la Première, conçue par Jacques Helleu, directeur artistique de l’horlogerie Chanel, calque ainsi très exactement sa forme sur celle de la Place Vendôme. Ses deux aiguilles bâton si simples d’apparence reprennent l’ombre portée de la colonne Vendôme dressée au centre de la place et tournent sur un cadran dépourvu d’index.

Il y a 30 ans, les femmes ont immédiatement plébiscité l’allure de cette montre exclusivement dessinée à leur intention. Ni modèle réduit d’une montre masculine, comme s’en contentaient si souvent les horlogers, ni création de joaillier, la montre Première, sobre mais précieuse, est un objet de plaisir dont la seule fonction horaire s’efface poliment au profit de la beauté et de l’allure.

30 ANS DE MÉTAMORPHOSES

Au cours de ses deux premières décades, la Première s’épanouit. Tout en conservant son inimitable allure, elle multiplie ses métamorphoses, joue avec l’or blanc ou l’or jaune, la céramique ou l’acier, se mélange avec hardiesse.

Rarement aura-t-on vu le boîtier d’une montre si fine et délicate, si reconnaissable à son architecture inspirée, se laisser à ce point transfigurer. Et jamais montre n’aura laissé s’exprimer à ce point les potentialités créatives d’un bracelet. Semblable à un souple lien, fin et délicat comme un de ces rubans qu’aimait Mademoiselle Chanel, le bracelet de la montre Première se fait tour à tour chaîne tressée de cuir et d’or jaune, ou de caoutchouc et d’or gris, perles de culture Akoya montées sur un fil en or gris, cascade de diamants, enfilade d’anneaux octogonaux alternant noir et blanc, maillons de céramique blanche enserrés entre des maillons d’or jaune, ou de céramique noire et d’or gris, jeux de miroir entre l’acier et la céramique, le caoutchouc et le diamant...

Chanel

A l’occasion de ses 20 ans, la montre Première se décline dans une subtile version perles, plus petite et plus précieuse. Mais ce n’est là qu’un de ses nombreux avatars et ses jeux formels vont se poursuivre.

Pour ses 25 ans, elle va connaître un véritable feu d’artifices. Dotée d’un cadran laqué noir et montée sur une chaîne d’une souplesse étonnante mais dont les maillons sont puissamment dessinés, elle va arborer une toute nouvelle allure. En acier, en or jaune ou en or blanc intégralement sertis, ces maillons soulignent avec force la forme devenue désormais intemporelle de son boîtier octogonal. Mais elle va aussi s’aventurer dans le monde fascinant des complications horlogères à qui elle va offrir un écrin incomparable.

LA SAGA J12

2000 | J12 noire - Un changement de paradigme

Au tournant du siècle, Chanel lance une autre montre qui va faire date, la J12. On peine à imaginer aujourd’hui le choc représenté par cette montre, élue unanimement « première icône horlogère du XXIème siècle». Car c’est la première montre à oser métamorphoser la céramique high-tech en matière noble.

C’est une véritable révolution stylistique, un changement de paradigme. Jusqu’à la première sortie de la J12 en habits noirs, le noir n’avait encore jamais réussi à s’imposer durablement en horlogerie. Le noir intense de la céramique ne résultant pas d’un traitement de surface mais étant pris dans la masse de la matière elle-même, il en devient consubstantiel.

Ses incomparables qualités de résistance et d’insensibilité aux griffures et aux atteintes du temps rendent enfin ce noir pérenne. Mais plus fondamental encore, la céramique noire de la J12 intensifie l’architecture si fermement dessinée de la montre, souligne et amplifie la vigueur de ses lignes sportives. Nouvelle matière noble, le noir de la céramique high-tech développée par Chanel pour la J12 allait s’imposer dans le panthéon des matériaux de prédilection de l’horlogerie. D’autant plus qu’en se mariant progressivement avec des inserts d’or, avec des diamants et des pierres précieuses, voire, comble de l’intensité, avec un pavage baguettes en céramique noire, la J12 ouvrira de somptueux nouveaux champs créatifs.

2003 | J12 blanche - Un tabou vaincu

Trois ans plus tard, nouvelle annonce qui surprend et étonne, Chanel annonce la sortie en grande tenue blanche de sa déjà célèbre J12. Aucun minéral ni aucun alliage n’est aussi intensément blanc. Et de fait, jusqu’à l’apparition de la J12 de céramique blanche, le blanc était devenu presque tabou en horlogerie.

Mais la transgressive J12 va imposer ce blanc dont Mademoiselle Chanel disait que, comme le noir, «le blanc tient tout!».
Il va à l’essentiel de la forme et souligne l’architecture vigoureuse de la J12. Son éclat si particulier qu’on pourrait le qualifier d’éclat intérieur, et le soyeux de son polissage lui confèrent une magie remarquable. Sa propension à se mélanger en toute harmonie avec les métaux les plus précieux, or et diamants, crée des accords de matière étonnants et des jeux de lumière à nuls autres pareils.

2004 | J12 Editions Exclusives - Précieuses rencontres

Dès 2004, Chanel lance des éditions limitées de la J12 serties des plus belles pierres taille baguette. La rencontre entre la céramique, un matériau composite de haute technologie, et la transparence absolue du diamant, le rouge si intense du rubis, le vert de l’émeraude, le rose, le bleu ou le cognac des saphirs produit d’exceptionnels effets et des accords aussi innovants que fascinants.

Ces jeux de contrastes provoquent une véritable rupture stylistique et offrent de nouvelles pistes créatives. Discrètement pavée autour de sa lunette ou intégralement rayonnante d’un sertissage baguette, la J12 démontre ainsi l’étendue de sa versatilité. Toujours différente mais toujours elle-même, elle parvient à démultiplier ses effets et continue à construire une véritable légende stylistique.

2009 | J12 Noir Intense - Haute Joaillerie céramique

Cette légende stylistique prend une nouvelle dimension avec une première mondiale réalisée en 2009! La J12 Noir Intense pousse la logique de la céramique jusque dans ses derniers retranchements, la transformant en matière précieuse technologique.

Contrairement à la haute joaillerie qui joue des reflets de la lumière pour la renvoyer avec le plus de brillance possible, la céramique absorbe la lumière, la capture dans le noir intense de sa matière. Une matière travaillée à la façon des lapidaires. 724 petits blocs de céramique ont été taillés en baguette avec les mêmes procédés que s’il s’agissait de diamants (la dureté de la céramique approche celle du diamant) et artisanalement sertis sur le bracelet en or blanc 18 carats (502 baguettes), la lunette en or blanc (48 baguettes), la carrure en or blanc (78 baguettes), le cadran en or blanc (96 baguettes). La couronne est en or blanc, ornée d’un chaton en céramique.

Le résultat de cette montre qui sublime la céramique est stupéfiant à la fois par sa force graphique exceptionnelle qui souligne l’architecture de la pièce, par l’intensité de sa lumière noire et par sa douceur au porter.

2011 | J12 Chromatic - L’invention d’une nouvelle couleur

Après la céramique du noir le plus intense qui soit, puis la céramique du blanc le plus pur et le plus limpide, Chanel introduit rien moins qu’une nouvelle couleur: la céramique Chromatic. C’est une céramique high-tech d’un nouveau genre, une céramique de titane, l’aboutissement d’une longue recherche technologique.

Elle offre une couleur proche du titane ou de l’or blanc mais dont l’éclat est véritablement unique.
Plus légère encore que les autres céramiques noires ou blanches (car le titane qui entre dans sa composition est un des métaux les plus légers qui soit, environ 60% de la masse volumique de l’acier) mais de 25% encore plus dure, tout aussi biocompatible, la céramique Chromatic concentre l’ensemble des technologies et des savoir-faire acquis par Chanel dans ce domaine de pointe si sensible et si spécifique.

2016 | J12 XS – Excessivement petite, excessivement forte, excessivement féminine

D’ordinaire, le bracelet est considéré comme un «accessoire», simple prolongement de la montre. Avec la J12 XS, Chanel renverse la proposition. Ce qu’on remarque tout d’abord, c’est le bracelet ou, plus exactement, la manchette, la mitaine ou le bracelet de force sur lequel elle se présente.

En elle-même, la J12 XS est, comme son nom l’indique, excessivement petite: 19 mm. Mais montée sur son bracelet de force ou sur sa manchette simple ou découpée en lanières, elle devient excessivement forte tout en étant excessivement féminine. Comme le lui fait joliment dire Chanel, «je ne donne pas l’heure, je l’offre à ceux qui m’assument du regard». Quand le bracelet sublime la montre!

MAGNIFIER LES MÉTIERS D’ART

2012 | Mademoiselle Privé Coromandel - L’univers de Gabrielle Chanel sur un cadran

«Mademoiselle Privé», ces deux mots pleins de mystère figuraient sur la porte de l’atelier de Gabrielle Chanel, rue Cambon à Paris. Telle une formule magique, le nom de cette collection ouvre les portes de l’imaginaire de la Maison, riche en symboles et en décors enchanteurs.

Elle devient l’écrin privilégié des métiers d’art, tels que l’émaillage, la gravure et le sertissage, à travers une collection de pièces uniques et exclusives.

Inspirées par les panneaux en laque de Coromandel que chérissait tant Gabrielle Chanel, les montres de la collection Mademoiselle Privé Coromandel s’inspirent avec fidélité de leurs décors somptueux. La rondeur de la boîte épurée, ornée d’un serti neige d’une grande délicatesse, et son cadran en émail Grand Feu sont conçus pour mettre en valeur le tableau unique réalisé en miniatures émail Grand Feu qui pare chaque modèle.

«J’ai cru m’évanouir de bonheur quand, pour la première fois, en entrant chez un marchand chinois j’ai vu un Coromandel…», confiait Gabrielle Chanel. C’est cette même émotion que cherche à transmettre chaque modèle de Mademoiselle Privé Coromandel.

2013 | Mademoiselle Privé Camélia Brodé - Horlogerie et broderie

C’est un autre métier d’art, la broderie, rarement si ce n’est jamais vu en horlogerie, que célèbre Chanel en 2013 avec la collection Mademoiselle Privé Camélia Brodé. Mais quoi de plus logique pour une Maison de Haute Couture que de confier aux célèbres ateliers Lesage, qui appartiennent désormais à Chanel, le soin de marier l’aiguille et la loupe d’horloger.

Pour la première fois, l’expertise des brodeuses est employée à la création d’un cadran de montre. Réalisé à l’aide de fils de soie de couleurs, selon la technique de la «peinture à l’aiguille», puis dès 2014, avec perles et diamants brodés au fil d’or, chaque cadran est une œuvre unique. A l’image de cette montre Mademoiselle Privé Camélia Brodé qui, juste reconnaissance envers le geste si méticuleux et si précis de la brodeuse, a permis à Chanel de remporter son deuxième Grand Prix d’Horlogerie de Genève.

DANS LE MONDE DES COMPLICATIONS

2005 | J12 Tourbillon - Entrée en Haute Horlogerie

Outre ses nombreuses métamorphoses esthétiques, la J12 Tourbillon va permettre à Chanel de faire son entrée dans la haute horlogerie. Pour cette incursion inaugurale dans un domaine réservé, Chanel présente en 2005 la première grande complication en céramique de l’histoire de l’horlogerie.

En effet, pour la toute première fois, la platine d’un mouvement, cette base sur laquelle toute la délicate architecture mécanique vient se positionner avec des tolérances de l’ordre du 1/100ème, est réalisée en céramique. En-soi, c’est déjà une performance technique. Mais, visible à travers le fond saphir de la boîte, cette platine céramique, si pure et si essentielle, est aussi une première esthétique, donnant à elle seule une allure unique à la J12 Tourbillon.

De plus, le pont supérieur de la cage du tourbillon a été réalisé en verre optique, ce qui procure au mouvement tourbillon une profondeur étonnante, et le pont du tourbillon a été taillé dans de l’or gris, reprenant les lignes pures des aiguilles de la montre. Cette association inédite de céramique, de verre optique et d’or gris dans une J12 aussi profondément horlogère que d’allure sportive signe une esthétique ultra contemporaine. Une édition très limitée composée de 12 pièces en céramique blanche et de 12 pièces en céramique noire.

2010 | J12 Rétrograde Mystérieuse - Complication inédite

Mais deux ans plus tard, avec la très exceptionnelle J12 Rétrograde Mystérieuse, Chanel va plus loin encore dans la haute complication horlogère. Créée et réalisée en collaboration avec le concepteur horloger et constructeur de pointe et d’avant-garde Renaud et Papi, cette très singulière J12 est à la fois techniquement innovante et stylistiquement inédite car, dépourvue de couronne latérale, elle est d’une parfaite rondeur qui lui confère une allure tout à fait inédite.

Equipée d’un tourbillon, elle comporte une disposition véritablement unique en son genre: sa couronne de céramique traverse verticalement le verre saphir et est escamotable par simple pression. Mais, direz-vous, sa présence empêche dès lors l’aiguille des minutes de poursuivre normalement sa course tout autour du cadran! Cet obstacle voulu a donné naissance à une lecture de l’heure qui ne s’était encore jamais rencontrée. A la dixième minute de l’heure, l’aiguille des minutes arrivée à la hauteur de «l’obstacle» formé par la couronne verticale, inverse sa rotation et se met à tourner dans le sens anti-horaire. Pendant dix minutes, elle va ainsi cheminer à l’envers pour rejoindre sa position classique à la vingtième minute, de l’autre côté de la couronne verticale, d’où elle reprendra sa course normale. Pendant les dix minutes de cet épisode rétrograde, on ne perd pas pour autant la lecture de la minute exacte car on peut lire chaque minute écoulée sur un disque chiffré de 11’ à 19’, visible à travers un guichet-loupe. Du jamais-vu.

2012 | Première Tourbillon Volant - Complications au féminin

Avec la mystérieuse et poétique Première tourbillon Volant, Chanel va offrir pour la première fois aux femmes l’opportunité d’entrer dans le monde extraordinaire des hautes complications mécaniques. Transfigurée en camélia, la fleur préférée de Mademoiselle Chanel, la cage de ce tourbillon volant tourne magiquement au-dessus d’un très pur cadran de céramique.

Entre les battements de la fleur, l’œil entraperçoit la complexité des éléments qui composent le mécanisme du tourbillon volant. L’entrelacs des pétales du camélia est taillé dans du métal et le cœur des pétales est empli d’une très légère et fine résille arachnéenne semi-transparente qui donne à la fleur sa délicate texture. Au centre de la fleur étagée, trône un cabochon orné de diamants brillant. Ce camélia accomplit une rotation par minute, les pétales indiquant dès lors l’écoulement des secondes. Les fines aiguilles bâton des heures et des minutes ont été décentrées et étincellent plus haut sur le cadran. Elles ont été légèrement rehaussées car elles doivent passer au-dessus du camélia. Elles ont été aussi serties de diamants, ce qui représente un petit exploit en-soi, vu leur taille minuscule et la minutie de leur montage. Avec cette pièce exquise, qu’elle seule pouvait concevoir, Chanel obtient en 2012 son premier Grand Prix d’Horlogerie de Genève.

30 ANS DE BELLE HORLOGERIE

En 30 ans d’aventure horlogère, Chanel aura abordé tous les métiers qui concourent à ce qu’on peut nommer la Belle Horlogerie. Elle lui aura apporté son allure particulière: une horlogerie conçue avant tout comme un objet de plaisir, hautement esthétique, sans pour autant ne rien céder sur la grande expertise technique et artisanale nécessaire à la création d’objets précieux prêts à défier le temps. Le Temps Chanel s’est naturellement déployé au long d’un fil directeur et d’un savoir-faire créatif que l’on retrouve dans chacune de ses montres, aussi différentes soient-elles. Une cohérence sans faille qui trouve tout naturellement sa source dans l’extraordinaire legs laissé par Gabrielle Chanel.

Une aventure horlogère qui se poursuit et s’amplifie plus que jamais comme en témoignent deux des dernières réalisations de Chanel

2015 | Boy-Friend - Détourner les codes masculins

En son temps, Gabrielle Chanel avait choqué ses contemporains en détournant au profit des femmes – et de leur libération - des éléments du vestiaire masculin.
Avec le lancement d’une nouvelle ligne à l’allure inédite, la Boy-Friend, Chanel emprunte la même voie.

Pleinement inscrite dans le vocabulaire horloger de la Maison - sobriété, pureté, absence d’index, lignes affirmées, esthétique raffinée – la montre Boy-Friend reprend la forme octogonale qui rappelle l’iconique Première (inspirée elle-même à la fois de la place Vendôme et du bouchon du flacon du No 5). Mais avec son architecture marquée et ses angles polis et satinés, elle arbore une allure masculine… totalement dédiée aux femmes. Bousculer les codes classiques de l’horlogerie n’est-il pas inscrit dès son origine dans le Temps Chanel?

2016-2017 | Monsieur - Technique et esthétique d’un même geste

A l’occasion de ses 30 ans d’horlogerie, Chanel a tenu à marquer encore plus fortement son appartenance de plein droit à la Haute Horlogerie masculine. En ce sens, la nouvelle montre Monsieur est un véritable manifeste démontrant comment esthétique et technique peuvent être intrinsèquement liées.

Extérieurement, Monsieur possède cette allure reconnaissable entre mille: une élégance incomparable dotée d’un fort caractère. Dans son boîtier de 40 mm rond, pur, essentiel, la montre Monsieur se présente comme nulle autre. Sous sa glace box en saphir légèrement bombée, se lit une heure digitale à saut instantané qui apparaît dans un guichet octogonal rappelant l’architecture de la place Vendôme; une minute rétrograde de grande amplitude qui offre une lecture parfaite et une petite seconde inscrite dans un entrelacs de cercles qui rappelle le double CC emblématique de Chanel.

A l’envers de la montre, on découvre l’exceptionnel Calibre 1 qui l’anime. Exceptionnel par sa forme inédite composée d’un élégant jeu de cercles, il l’est aussi car c’est le premier mouvement mécanique intégralement pensé et dessiné par le Studio de Création Horlogerie de Chanel et développé, construit et assemblé dans les divers ateliers horlogers de Chanel.

Magnifique jeu parfaitement épuré de roues et de ponts circulaires squelettés, au point que la montre pourrait être présentée uniquement de dos, ce mouvement squeletté noir et gris anthracite allie une grande technicité à une architecture d’une élégance unique en son genre. Exclusivement dédié à la montre Monsieur, ce calibre mécanique à remontage manuel à double complication intégrée a nécessité 5 ans de développement. Avec son heure sautante instantanée et sa minute rétrograde – une double prouesse horlogère – et ses deux barillets montés en série, elle offre une réserve de marche de 3 jours.

En 2017, la montre Monsieur apparaît en platine avec un cadran en émail noir, dans une série limitée de 100 pièces. Une allure exceptionnelle.

Rendez-vous dans 30 ans…