02. le-carnet


Chanel en son Grand Palais

février 2018


Chanel en son Grand Palais

Il est souvent dit que l’horlogerie pèche par sa munificence. Tous les visiteurs de Baselworld ou du SIHH reviennent estomaqués par la splendeur des stands, de la décoration, de la mise en scène, des fêtes et des événements. Mais dans la cour du luxe et de la couture, l’horlogerie joue pourtant en seconde division. Pour preuve visuelle, les défilés de Chanel.

M

algré tout son faste affiché, l’horlogerie, qui se croit souvent au centre du monde, fait figure de riche accessoire, par rapport aux chiffres de la mode et du luxe dans son entier. Selon le cabinet Bain & Co, le secteur du luxe dans son ensemble devrait peser dans les 260 milliards d’euros en 2017. L’horlogerie n’en est qu’une fraction, pour autant non négligeable.

On ne connaît pas les résultats de Chanel en 2017 (contrôlé par les frères Wertheimer, le groupe n’est pas en Bourse et dépose ses comptes confidentiels pour l’année précédente au cours de l’été) mais on estime qu’en 2016, Chanel a enregistré un chiffre d’affaires de plus de 5,6 milliards de dollars.

De quoi, certainement, non seulement verser aux propriétaires de très confortables dividendes (1.6 milliard de dollars sur l’exercice 2015) mais aussi d’organiser d’incroyables défilés aux décors époustouflants - et très onéreux.

Un spectaculaire écrin de verre et d’acier

Le point d’orgue de la création et de la construction - en direct - de l’image de Chanel et de son storytelling est le défilé que Chanel présente chaque année. Une spectaculaire mise en scène chaque fois intégralement renouvelée, orchestrée comme un opéra par le directeur artistique de la maison, Karl Lagerfeld, sous la vaste nef de verre et d’acier du Grand Palais de Paris.

Chanel en son Grand Palais

Depuis 2005, on y a vu se succéder sculptures monumentales de la veste Chanel et du lion cher à Gabrielle Chanel, mappemonde géante, sculptures de glace en forme d’iceberg, éoliennes, cascades, maison en bois, reproduction de la Tour Eiffel, théâtre antique niché au coeur d’une véritable forêt, salle de théâtre dévastée, shopping center, avenue parisienne lieu d’une manifestation féministe, terminal d’aéroport, brasserie parisienne, bosquet versaillais et jardin à la française ou encore centre de tir d’une fusée décollant sous la coupole de verre!

Chanel en son Grand Palais

On ne connaît pas de semblable démonstration de puissance dans la seule horlogerie. Au dire de Chanel, «ces prouesses imaginées par le couturier, saison après saison, créent l’événement, marquent les esprits et rayonnent dans le monde entier». C’est là très exactement leur raison d’être. «Marquer la marque dans les esprits». L’imprimer. L’associer à une image forte.

Chanel en son Grand Palais

Mécène exclusif

Or le Grand Palais, édifié en 1900 pour la célèbre Exposition Universelle qui se tint alors à Paris, nécessite des travaux d’entretien et d’aménagement, le 2/3 du bâtiment se trouvant en fragilité.

Une vaste opération de restauration, de réaménagement et de réorganisation de cet exceptionnel témoignage architectural du tout début du XXème siècle sera conduite de 2020 à 2024. Un chantier devisé à plus de 460 millions d’euros.

Chanel «mécène exclusif» de l’opération, apportera 25 millions d’euros.En remerciements, l’entrée principale du Grand Palais portera le nom de Gabrielle Chanel.

Une façon de s’inscrire dans l’histoire même de Paris. Une opération symbolique et concrète que peu de «purs» horlogers pourraient ainsi se permettre.

Chanel en son Grand Palais

Chanel en son Grand Palais

Chanel en son Grand Palais

Chanel en son Grand Palais

Chanel en son Grand Palais