03. time-business


Europa Star

«UN MILLIARD DE MONTRES PRODUITES EN CHINE»

CARNET DE VOYAGE: ASIE

décembre 2017


«UN MILLIARD DE MONTRES PRODUITES EN CHINE»

Face à moi, l’émérite Monsieur Shunhua Zhu (朱舜华), co-fondateur de la foire horlogère de Shenzhen et membre de l’Association horlogère depuis 1988.

Europa Star: Qui sont les plus gros producteurs en volume?

Shunhua Zhu: C’est difficile à dire car les entreprises qui fabriquent le plus sont de production OEM, parfois jusqu’à 10 millions de pièces exportées à 2 ou 3 dollars l’unité et destinées aux marchés africains ou sud-américains.

On peut donc affirmer que les géants de l’horlogerie chinoise sont de production OEM?

Très majoritairement.

Au niveau des marques, pouvez-vous nous donner un classement en termes de volume?

Légèrement au-dessus de 1 million d’unités par an, on trouve les marques Fiyta, Rossini et Tian Wan. Sea-Gull et Ebohr ont produit 800’000 pièces, Starking, Geya et Poscher 600’000 montres chacune. Quant à la Beijing Watch Factory (voir interview), qui vise le moyen et haut de gamme, elle fait un chiffre d’affaires supérieur à ces dernières marques, bien qu’elle ne vende que 100’000 pièces environ. Hong Kong a exporté 241 millions de montres en 2016, toujours selon la Fédération horlogère suisse. Avouons-le, elles sont en réalité «made in China», n’est-ce pas?

Oui à 99,9%! Même l’assemblage se fait en Chine. Et cela parce que toutes les marques hongkongaises se sont délocalisées en Chine continentale. Seul le siège des marques est resté à Hong Kong.

Alors si on additionne 241 millions de montres de Hong Kong aux 652 millions de montres exportées et en ajoutant le marché intérieur chinois, combien la Chine a-telle produite de montres au total en 2016?

1 milliard de montres!

Impressionnant! Mais au fait, à l’heure de la loi Swissness qui impose au minimum 60% de valeur nationale pour une montre «Swiss made», quels sont les critères du «made in China» et du «made in Hong Kong»?

En Chine, c’est très simple: si l’assemblage est réalisé dans le pays, c’est «made in China». A Hong Kong, c’est le mouvement qui détermine la nationalité d’une montre. Si elle contient un mouvement japonais, elle est made in Japan, si elle a un mouvement chinois, elle est made in China.

Revenons aux marques chinoises, en particulier au segment haut de gamme qui a augmenté de 10,9% l’an passé! Pour un profit annoncé à 46 millions de yuans (6,6 millions de francs suisses), les volumes sont apparemment faibles…

Là, je ne peux vous donner de ranking car, en fait, il y a plusieurs marques (Beijing, Sea-Gull, Ebohr) qui font de très petits volumes dans le haut de gamme. Il s’agit pour eux de montres à tourbillon ou de métiers d’art qui leur permettent de se forger une image de marque.