04. time-keeper


HYT, la maîtrise des fluides

UNE PHILOSOPHIE DIFFÉRENTE

English Español 中文
octobre 2018


HYT, la maîtrise des fluides

Inspirée de la clepsydre antique, l’indication fluidique de l’heure a nécessité un développement de dix ans pour s’afficher finalement sur les cadrans de la marque neuchâteloise. Avec HYT comme vitrine, la maison-mère Preciflex s’attaque à présent aux secteurs de la joaillerie et surtout du médical. Visite.

«C

e qui est particulier chez nous, c’est que nous employons plus d’ingénieurs que d’horlogers, explique d’entrée Grégory Dourde, le directeur de HYT et Preciflex. Nous travaillons sur un domaine de recherche bien spécifique, que nous avons créé nous-mêmes. En effet, il n’existe aujourd’hui pas de traité de la micro-fluidique horlogère. Nous sommes en train d’écrire ce livre.» De fait, sur 45 personnes travaillant entre HYT et Preciflex, on dénombre 18 ingénieurs et 7 docteurs.

La jeune marque de Haute Horlogerie – elle a été fondée en 2012 – s’est faite connaître par son utilisation de fluides pour indiquer l’heure en lieu et place des traditionnelles aiguilles. Un défi technologique – et philosophique, puisqu’il s’inspire de l’antique clepsydre – qu’Europa Star a voulu mieux comprendre, en visitant les ateliers de la marque à Neuchâtel.

En réalité, le «projet» Preciflex (dont HYT est la meilleure vitrine actuelle, mais qui dépasse la seule horlogerie) a été initié dès 2002 par l’ingénieur Lucien Vouillamoz. Son axe fort: la maîtrise de la circulation de fluides, dans des micro-capsules ou «tubes capillaires», à la jointure entre les domaines de la chimie, de la micro-fluidique, de la micro-mécanique ou encore de l’optique. «Les contours et les possibilités de la micro- fluidique sont vastes et ne sont pas encore clairement délimités», souligne Grégory Dourde. Preciflex, aujourd’hui en phase

H20 Green Fluid
H20 Green Fluid

L’élément-clé du système est le compensateur thermique situé à l’intérieur du soufflet de gauche, permettant de compenser la dilatation des fluides due aux variations de température.

Preciflex, aujourd’hui en phase de rapprochement de l’ambitieux pôle d’innovation industrielle neuchâtelois Micro-City, applique pour l’heure ses technologies à l’horlogerie (pour HYT et des tiers), la joaillerie (animations sur bijoux) et le médical (micro-injecteurs), mais elles pourraient un jour être intégrées dans des luminaires ou des automobiles, par exemple. La société a déposé 27 familles de brevets, dont 8 ont été accordés à ce jour.

Compensateur thermique

Comment le système mis au point par Preciflex marche-t-il concrètement dans la montre? Johann Rohner, R&D Director de la société, se charge de nous l’expliquer. Deux réservoirs flexibles ou soufflets sont fixés à chaque extrémité d’un capillaire (voir schémas, ndlr). Dans le premier, le fluide actif, un liquide coloré; dans le second, le fluide passif, transparent. Le capillaire n’est pas remplaçable: «Nos modules fluidiques sont scellés pour l’éternité, souligne Johann Rohner. C’est pourquoi leur niveau d’étanchéité est 10’000 fois supérieur à celui d’une montre standard.»

Pour maintenir les fluides séparés tout en contrôlant leur progression grâce aux soufflets, un phénomène physique basé sur la force de répulsion des molécules de chaque fluide est à l’oeuvre. «Les deux fluides se repoussent, un peu comme l’huile et le vinaigre, poursuit le spécialiste. L’élément-clé est le compensateur thermique situé à l’intérieur du soufflet de gauche, permettant de compenser la dilatation des fluides due aux variations de température.».

H20 Green Fluid profile
H20 Green Fluid profile

A l’heure actuelle, HYT a développé quatre colorants, chacun ayant pris en moyenne une année de recherche. Surtout, le fluide ne doit pas s’accrocher à la surface du capillaire, ce qui freinerait sa progression et laisserait des traces peu esthétiques: «Nous mettons en place un traitement spécifique pour empêcher le liquide de rester sur la surface du tube en verre.»

La loi d’Arrhenius

Mais comment s’assurer que le système fluidique fonctionne sur la durée, alors que la société a été fondée il y a à peine quelques années? Bien entendu, il n’existe pas de machines dédiées à l’horlogerie fluidique, il s’est donc agi de les développer spécifiquement, notamment pour ce qui concerne les tests de vieillissement.

«La loi d’Arrhenius découverte par un chimiste suédois en 1889 met en relation réactions chimiques et température: à une certaine température, une réaction sur un mois est ainsi égale à celle sur un an, explique Johann Rohner. C’est cette relation qui nous permet aujourd’hui de produire nos montres en toute confiance. Nous donnons une garantie à 5 ans, ce qui rassure les clients. Notre taux de retour est inférieur à 3%.»

HYT a également conçu un module diffusant de la lumière par l’intermédiaire de deux LED et permettant de voir l’heure dans la nuit. Il s’agit d’un système totalement mécanique, intégré sur son modèle H4, qui permet un éclairage de 4 à 12 secondes. Les mouvements mécaniques des modèles H0, H1, Skull et H4 ont été développés avec Chronode; ceux des modèles H2 et H3 avec Renaud Papi.

Applications médicales

Après HYT, Preciflex a lancé il y a quelques mois une autre spin-off, baptisée Preci-Health et chargée quant à elle de représenter les solutions médicales de l’entité, auprès de grands acteurs des medtechs, très bien implantés dans la région lémanique – ce que l’on surnomme désormais la Health Valley.

«La valeur ajoutée se situe en réalité moins au niveau des liquides euxmêmes que des systèmes étanches et de compensation thermique créés autour de ces fluides et qui permettent de faire circuler d’autres produits, précise Grégory Dourde. Notre expertise réside dans les micro- injecteurs. Nous assurons qu’il ne se forme aucune bulle d’air, car si l’on ne peut pas se permettre d’en voir apparaître dans les montres, c’est encore davantage le cas lorsqu’il s’agit de l’intérieur du corps humain lui-même!»

Preci-Health développe ainsi un micro-injecteur à dose fixe et usage unique, qui permet d’embarquer moins de médicaments lors de la réalisation d’une injection sous-cutanée – à 3 mm sous la peau. Ce micro- injecteur peut par exemple être utilisé pour provoquer un choc d’adrénaline, lors de réactions allergiques. La législation médicale étant autrement complexe et coûteuse que celle de l’horlogerie, la société a réalisé une levée de fonds: parmi ses investisseurs figure Peter Brabeck- Letmathe, l’ancien patron de Nestlé.

HYT, la maîtrise des fluides

Une autre philosophie du temps

Grégory Dourde souligne un point qui lui tient à coeur, à l’issue de notre visite: «Ce qui est très important, c’est que notre utilisation de la micro-fluidique n’est pas juste cosmétique ou esthétisante et à fins de communication: en visitant nos locaux, vous voyez le sérieux de ce projet scientifique. Attention à la recherche du matériau original à des fins uniques de storytelling.»

La philosophie sous-jacente est celle du temps intuitif, du temps qui passe en laissant une trace. «C’est une autre philosophie du temps. Nous sommes au croisement entre art et science.»

HYT, qui compte produire un peu plus de 400 montres cette année, vise à présent à améliorer la «pédagogie » autour de son projet. «Nous avons arrêté les sponsorings et nous concentrons sur l’explication de notre technologie et du sens que nous lui donnons. Vous savez, une fois que vous avez dépassé le cap des collectionneurs du Carré des Horlogers, c’est une des marques horlogères les plus difficiles à vendre auprès d’un plus large public car elle nécessite du temps pour l’expliquer correctement. Le vocabulaire et les technologies sont uniques et nouveaux. La clé de la performance est donc la formation de nos représentants. Mais quand le client saisit la globalité du projet, la conversion est immédiate...»