highlights


Chanel J12 X-Ray: quand l’icône se fait transparente

COVER STORY

English Español 中文
mars 2020


Chanel J12 X-Ray: quand l'icône se fait transparente

«A vingt ans on ne doute de rien, surtout pas de soi-même!» dit le proverbe. C’est bel et bien ce que démontre la J12 X-Ray, pièce anniversaire d’exception lancée par Chanel pour fêter les vingt ans de son icône la J12, née en 2000 (et souvent qualifiée pour cette raison de «première icône horlogère du XXIème siècle»).

En toute transparence

A vingt ans, on n’a plus rien à cacher et on est prêt à toutes les audaces. On peut enfin aller à l’essentiel et se montrer en toute transparence, ainsi que le fait la très belle J12 X-Ray.

Du cadran, il ne reste que l’épure: un cercle graphique central frappé d’une fine minuterie en chemin de fer et un tour d’heures dont les index sont des diamants baguette qui semblent flotter librement tout autour du cœur de la montre. Le mouvement central apparaît ainsi comme suspendu dans le vide à l’intérieur d’un boîtier intégralement transparent. Réalisé en saphir, ce boîtier dont la lunette est sertie de 46 diamants taille baguette est prolongé par un bracelet également taillé dans du saphir translucide – une grande première en horlogerie.

Ce n’est plus le style qui doit s’adapter aux exigences techniques mais au contraire, tout part du style, c’est lui qui dicte la forme que prendra le mouvement.

Le Calibre 3.1

Il y a deux ans, Chanel avait présenté sa Boy∙Friend Skeleton Calibre 3, récipiendaire du grand prix de la montre Dame au cours du GPHG 2018. Ce Calibre 3, issu du Studio de Création horlogère de Chanel et intégralement développé et fabriqué par l’équipe mouvement de la manufacture Chanel, a frappé les esprits en renversant l’axiome horloger traditionnel: ce n’est plus le style qui doit s’adapter aux exigences techniques mais au contraire, tout part du style, c’est lui qui dicte la forme que prendra le mouvement. La technique est intégralement mise au service de la forme et du style.

Au final, la Boy∙Friend Skeleton Calibre 3 démontrait ainsi une cohérence rarement atteinte entre technique et esthétique, entre fond et forme qui fusionnent pour ne sembler former plus qu’un.

Le Calibre 3.1 à remontage mécanique qui anime la nouvelle J12 X-Ray procède de la même philosophie. C’est le descendant direct du Calibre 3 mais, si son train de rouages et son mécanisme de mise à l’heure en sont directement issus, son architecture a été entièrement revue et plus de la moitié de ses 158 composants est entièrement nouvelle.

La volonté du studio de création étant de présenter le mouvement comme s’il était suspendu dans le vide, la nouveauté de ce Calibre 3.1 est non seulement dans sa forme circulaire et son agencement qui semble si léger, mais aussi dans le matériau utilisé pour réaliser trois de ses composants indispensables et atteindre ainsi la transparence recherchée. Le pont central de minuterie, la platine (soit le fond de la montre sur lequel vient reposer le mouvement) et le pont de rouage sont donc eux aussi réalisés en saphir.

Les défis du saphir

Produit à partir de poudre d’alumine fondue à haute température puis refroidie, « ce qui permet la croissance progressive des cristaux », le saphir synthétique se présente dans une forme initiale de carottes. Au départ, le matériau est donc épais mais d’une transparence parfaite, sans bulle d’air ni fissure ni altération.

Il faut savoir que ce saphir synthétique est le matériau le plus dur au monde (9 sur l’échelle de Mohs) après le seul diamant (10 sur l’échelle de Mohs). Mais par ailleurs, c’est un matériau très léger, 1.5 fois plus léger que la céramique voire 4 fois plus léger que l’or blanc.

Ce dur bloc va ensuite être usiné à la forme de chaque pièce par meule diamantée, un très long processus car à chaque passage, ce ne sont que de 5 à 6 centièmes de millimètres qui sont affinés. Les formes géométriques aux cotes ultra-précises ainsi obtenues sont ensuite polies au « diamant libre », soit une huile en suspension contenant des particules de diamant, afin de parvenir à la plus haute transparence. Un processus d’une grande délicatesse tout au long des opérations, sachant que les composants ainsi obtenus sont d’une extrême finesse – entre 0,5 mm et 1 mm d’épaisseur.

L’assemblage par les horlogers des composants pose encore d’autres défis. Leur montage demande patience et grande dextérité car aucune trace d’huile et pas la moindre poussière ne sauraient venir ternir la transparence absolue et la pureté cristalline recherchées. A titre d’exemple, le seul chassage dans le saphir des rubis nécessaires au bon fonctionnement des pièces mobiles est une tâche particulièrement ardue et qui requiert une dextérité toute particulière. Ainsi, l’assemblage d’un seul mouvement prend à lui seul une semaine de travail.

Chanel J12 X-Ray: quand l'icône se fait transparente

Boîtier et bracelet en saphir, une première

Composé d’un unique bloc de saphir usiné, poli, percé, le boîtier de la J12 X-Ray est complété par une lunette en or blanc 18 carats sertie de 46 diamants taille baguette (  5,46 carats).

D’autres maisons horlogères, peu nombreuses, ont déjà créé des boîtiers en saphir, soit monoblocs, comme ici, soit constitués de divers éléments. Mais Chanel est la première maison horlogère à être parvenue à réaliser également le bracelet de la montre entièrement en saphir.

Composé au total de 12 maillons de saphir constitués chacun de 3 éléments, polis un à un et maintenus par des «goupilles» d’or blanc, ce très souple bracelet est doté d’un fermoir à boucle déployante serti de 34 diamants taille baguette ( 1,96 carat) .

Légère, confortable, résistante

Ce bracelet transparent, aussi léger, souple et confortable que résistant – seul un diamant pourrait le rayer – s’intègre parfaitement au boîtier tout aussi translucide.

Dans une harmonie parfaitement maîtrisée, couronne de diamants baguette, index de diamants baguette suspendus, minuterie… tout converge vers le centre de la montre, et son cœur qu’on peut voir battre discrètement à 6h.

Le mot «icône»

Oui, le terme «icône» est bien trop souvent proféré en horlogerie. Mais sur ce plan là, la J12 n’a plus rien à démontrer. Sa version X-Ray, parfaitement différente et tout aussi parfaitement fidèle à elle-même, en est la dernière incarnation.

Il faut saluer à nouveau la qualité du dessin original de la J12 par Jacques Helleu il y a vingt ans. Depuis, la montre a gagné haut la main ce qualificatif car la J12 sait passer par de profondes métamorphoses, gagnant au passage son entrée en Haute Horlogerie, tout en restant la même. Même quand elle cherche la transparence.

Découvrez nos archives - Rejoignez le Club Europa Star
Nouveau: 40’000 pages ajoutées, depuis l’année 1950!
Plus de 100’000 pages d’archives à découvrir dans notre base de données du Club Europa Star - 70 ans de marques, de modèles, de marchés et leurs développements au fil du temps.