time-business


L’horlogerie en quête d’une parcelle d’éternité

ANALYSE

English Español
mars 2021


L'horlogerie en quête d'une parcelle d'éternité

Si l’horlogerie mécanique, dont l’existence ne date pas de millénaires mais d’il y a quelques siècles «seulement», pourrait un jour mourir et disparaître, la bijouterie et sa part joaillière la plus prestigieuse ne disparaîtront probablement qu’avec l’extinction de l’humanité, dont elles sont consubstantielles. Comment l’horlogerie pourrait-elle, elle aussi, trouver sa «part d’éternité»?

L

es plus anciens bijoux au monde remontent à environ 130’000 ans, en pleine époque néandertalienne. La bijouterie est constitutive, pourrait-on dire, de l’espèce humaine et a depuis toujours de multiples fonctions: décoratives bien entendu, érotiques, qui mettent en valeur certaines parties du corps, religieuses, symboliques, utilitaires, qui agrafent une toge ou une cape, mais aussi sociales, qui indiquent un statut, identitaires, qui signent une appartenance à un groupe, magiques, sentimentales, familiales, mémorielles...