highlights


Patek Philippe: Quand la Nautilus se met au vert

EN COUVERTURE

English 中文
avril 2021


Patek Philippe: Quand la Nautilus se met au vert

Patek Philippe a annoncé la suspension définitive de la production de sa Nautilus 5711/1A-010 avec son emblématique cadran bleu. Mettre fin à la «référence des références»? Mais quelle mouche a donc piqué la marque? C’est en fait dès 2019, à Baselworld, que cette décision a été prise. «Il y avait tout simplement trop de Nautilus dans nos vitrines», dixit Thierry Stern. Mais la suite était déjà dans les cartons...

L’

annonce a fait l’effet d’une bombe auprès de centaines voire de milliers de collectionneurs à travers le monde: Patek Philippe suspend définitivement la production de sa Nautilus référence 5711/1A-010 avec son emblématique cadran bleu! Immédiatement, c’est l’alerte, les articles se sont multipliés partout dans le monde, les blogueurs se sont déchaînés, les réseaux sociaux se sont perdus en hypothèses. Mettre fin à la «référence des références»? Mais quelle mouche a donc piqué Patek Philippe?

Car cette fameuse Nautilus en acier, seconde centrale, date à 3h sur cadran bleu est l’un des garde-temps, si ce n’est le garde-temps, le plus désiré du marché. Sa liste d’attente est longue de 12 ans. Son prix de vente officiel de CHF 28’500 grimpe régulièrement jusqu’à CHF 70’000 sur le marché secondaire. Comme l’explique la responsable d’un site de montres d’occasion, il est courant qu’une Nautilus se vende dans la minute qui suit sa mise en ligne.

La rumeur, d’abord, puis la confirmation de l’arrêt de cette référence mythique ont affolé les compteurs, sa cote grimpant jusqu’à CHF 100’000 voire plus. Et on peut parier que dès lors, elle grimpera encore.

Une Nautilus n’est pas un Bitcoin

Interrogé à la mi-février par le New York Times à propos de cette décision, Thierry Stern avoue avec franchise et humour «ne pas s’être fait beaucoup d’amis ces derniers jours. Tout ce que je peux dire est que je suis désolé. Mais j’espère que dans 10 ans ils auront compris et me pardonneront.»

Au cœur de cette décision, on trouve un mantra: «Protéger la marque et pas seulement un produit.» Thierry Stern avoue qu’il aurait pu continuer à produire cette référence et en vendre dix fois plus. «Mais nous le faisons pour nos clients qui possèdent déjà une Patek Philippe et pour protéger notre marque d’un devenir trop commercial (...) Je ne travaille pas pour les chiffres. Je protège la marque pour le futur, pour mes enfants.»

C’est en 2019 à Baselworld que la décision a été prise de retirer cette référence à succès, avoue Thierry Stern. «Il y avait tout simplement trop de Nautilus dans nos vitrines.» Mais la suite était déjà dans les cartons...

Miser sur le vert

Exit donc la référence 5711/1A-010 (introduite en 2006 pour les 30 ans de la collection) et bienvenue à la référence 5711/1A-014, avec date et seconde au centre. Principale différence qui saute immédiatement aux yeux, le cadran-culte bleu dégradé noir laisse place à un tout nouveau et très élégant cadran vert olive au fin décor «soleil», avec relief horizontal frappé qui magnifie les jeux de lumière.

Cette couleur, qui s’accorde particulièrement bien aux sobres reflets de l’acier de la boîte, de la lunette et du bracelet, aux terminaisons satinées et polies (55 opérations de finitions manuelles pour chaque montre), apporte à la pièce une touche contemporaine qui rehausse encore la force de son design. Sa lisibilité semble optimale grâce au contraste entre le vert olive et les index appliques et aiguilles de type bâton arrondi en or gris, recouverts de matière luminescente pour une parfaite lecture nocturne.

Patek Philippe: Quand la Nautilus se met au vert

Le boîtier en acier conserve sa dimension de 40 mm (10h-4h) pour une épaisseur de 8,3 mm. Étanche à 120 m, dotée d’une couronne vissée et d’un fond de verre saphir, montée sur bracelet acier avec boucle déployante Nautilus, cette nouvelle référence est équipée du calibre 26-330 SC. Introduit depuis 2019 sur le modèle 5711, ce mouvement automatique au système de remontage optimisé offre une réserve de marche minimale de 35 heures et maximale de 45 heures et est doté d’une fonction stop seconde pour un réglage précis à la seconde près. Un mouvement à l’architecture particulièrement élégante et aux finitions très soignées qui sont la marque de Patek Philippe.

Cette nouvelle venue rejoint dans la collection la référence 5711/1R-001 en or rose brun dégradé noir introduit en 2015.

Acier et diamants baguette

Ce même cadran vert olive «soleil» se retrouve dans un autre modèle introduit cette année, la référence 5711/1300A-001, qui associe de façon tout à fait inhabituelle l’acier du boîtier et du bracelet avec une lunette sertie de diamants baguette. Une taille prestigieuse traditionnellement réservée au sertissage de métaux précieux.

Patek Philippe: Quand la Nautilus se met au vert

Pas moins de 32 diamants Top Wesselton Pur ( 3,6 ct) viennent ainsi rehausser le design si caractéristique du boîtier et de la lunette de la Nautilus dont la forme octogonale aux angles adoucis a exigé une taille très particulière de chaque diamant baguette, légèrement trapézoïdale plutôt que parfaitement rectangulaire.

Par ailleurs, cette nouvelle référence prestigieuse reste en tous points semblable à la nouvelle référence 5711/1A-014: même cadran, même date et seconde au centre, même taille de 40 mm, mêmes finitions superlatives, mêmes caractéristiques techniques et même mouvement automatique de dernière génération. L’éclat des diamants baguette en plus.

Le bleu ressurgit sur l’or

Mais que les inconditionnels du bleu se rassurent: ils retrouveront leur couleur fétiche dans le nouveau modèle de la Nautilus Travel Time Chronograph, la référence 5990/1R-001.

Ce chronographe flyback, doté d’une fonction Travel Time, soit un double fuseau horaire, et d’une indication de la date par aiguille (à 12h) couplée à l’heure locale, a été lancé en 2014 dans une version acier et cadran dégradé noir sur le pourtour. Cette nouvelle version combine boîtier, lunette et bracelet en or rose avec un cadran bleu «soleil» au relief horizontal frappé, doté d’index appliques et d’aiguilles en or rose recouverts d’un revêtement luminescent.

La calibre chronographe à remontage automatique CH 28-520 C FUS qui l’équipe allie une commande à roue à colonnes traditionnelle et un avant-gardiste embrayage à disques. Sa fonction flyback permet de relancer en vol un nouveau chronométrage par simple pression du poussoir de remise à zéro (à 4h) sans devoir stopper au préalable les aiguilles à l’aide du poussoir d’arrêt (à 2h).

La trotteuse centrale des secondes du chronographe et son compteur 60 minutes positionné à 6h se partagent l’espace du cadran avec l’affichage du système Travel Time. Celui-ci comporte deux aiguilles centrales des heures, l’une ajourée qui indique l’heure du domicile et l’autre, pleine, qui indique l’heure locale.

Deux poussoirs «+» et «-» logés à 9h dans le flanc du boîtier permettent au voyageur d’ajouter un second fuseau horaire par crans d’une heure de façon très aisée. De retour à son domicile, l’utilisateur peut très simplement ramener une aiguille sur l’autre de façon à ce qu’elles n’en forment plus qu’une seule. Afin d’éviter toute confusion horaire, deux petits guichets surmontés des inscriptions «Local» et «Home» indiquent le jour ou la nuit des deux fuseaux. A 12h, l’indication de la date par aiguille est couplée avec l’heure locale.

Étanche à 120 m, d’un diamètre de 40,5 mm pour une épaisseur de 12,53 mm, dotée d’une boucle déployante brevetée Patek Philippe sécurisée par quatre points d’accroche, cette voyageuse référence mariant trois complications utiles et simples d’emploi rejoint désormais la collection Nautilus aux côtés de la référence 5990/1A en acier.

Neige et vagues

En 2009, Gérald Genta lui-même collabora avec Patek Philippe pour la création d’une nouvelle Nautilus Dames. Revisitée en 2013 puis en 2015, celle-ci a depuis lors donné lieu à nombre de déclinaisons joaillières, notamment de 2013 à 2018 un modèle en or rose intégralement pavé en serti neige, jusqu’à son cadran. Ce type de sertissage, qui laisse une place à l’aléatoire en positionnant librement des diamants de diamètres différents serrés les uns contre les autres, comme un tapis de neige scintillante, offre autant de créations uniques.

Cette année, Patek Philippe ressort une Nautilus en or rose dont le boîtier, la lunette et le bracelet sont sertis neige. Mais à la différence de la précédente référence 7021/1R-001, cette nouvelle Nautilus Haute Joaillerie référence 7118/1450R-001 arbore un cadran à motifs «vagues» d’une exceptionnelle finesse et élégance. Comme dans un lac gelé au milieu de la neige, des rangs de diamants s’alignent de bas en haut du cadran, formant de douces ondulations en relief, figées entre deux fils d’or.

Dans sa transmutation, la nouvelle référence a pris un peu de diamètre et passe du 33,6 mm de la précédente référence à un 35,2 mm. Lisibilité oblige, les aiguilles d’or rose des heures et minutes, de type «alpha», sont luminescentes, tout comme les index. En son coeur bat le calibre automatique 324 S, avec seconde au centre et réserve de marche minimum 45 heures, dont on peut admirer l’architecture et les finitions à travers le dos en verre saphir.

Découvrez cet article dans notre numéro 2/21
Découvrez cet article dans notre numéro 2/21

DÉCOUVREZ TOUTES NOS ÉDITIONS DEPUIS 1950
Plus de 100’000 pages d’archives à découvrir dans notre base de données Europa Star Club.

VOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE