Les nouveautés du Swatch Group à la lumière de nos archives


Jaquet Droz, à la grande seconde près

DANS NOS ARCHIVES

English Español
mai 2019


Jaquet Droz, à la grande seconde près

Ce n’est qu’au milieu des années 2000 que Jaquet Droz a retrouvé une forte identité en se replongeant dans ses archives et en redécouvrant une montre de 1785. Un modèle dont le style est devenu désormais la colonne vertébrale de la marque. Ce que confirment les nouveautés 2019.

C’

est en avril 2000 que le Swatch Group acquiert les Montres Jaquet Droz. Le contexte d’alors était à la grande redistribution des cartes horlogères dans le luxe, un secteur dans lequel le groupe entendait encore se renforcer après le rachat de Breguet en 1999.

A l’époque, Jaquet Droz revenait de loin. Depuis 1991, la marque avait été propriétaire d’Investcorp (qui détenait alors aussi Breguet, Ebel et Chaumet), qui la céda en 1995 à François Bodet et Yves Scherrer, transfuges de... Breguet. Puis au tout début de 1999, la société financière Cupola Venture Partners Ltd (domiciliée officiellement aux îles Cayman), aux capitaux anglo-saxons et arabes, prit le contrôle du capital des Montres Jaquet Droz aux côtés d’actionnaires privés suisses. C’est à ce groupe d’investisseurs que le Swatch Group racheta la marque.

Mais que faire exactement de ce grand nom de l’horlogerie, historiquement spécialisé dans les automates et les androïdes, et dont l’offre en montres-bracelet et montres de poche restait très confidentielle?

Un Calendrier Perpétuel squelette automatique, avec mois rétrograde et lune, et la montre Tapisserie, avec date rétrograde et mois, toutes deux parues dans Europa Star 4/1999, avant la vente au Swatch Group.
Un Calendrier Perpétuel squelette automatique, avec mois rétrograde et lune, et la montre Tapisserie, avec date rétrograde et mois, toutes deux parues dans Europa Star 4/1999, avant la vente au Swatch Group.
© Europa Star 4/1999

Quelques courtes années seulement suffirent en réalité à redonner à Jaquet Droz une identité bien distincte dans le segment du luxe horloger.

Comme le montre l’image ci-dessous, en 2002, Jaquet Droz présentait encore une montre de forme tonneau, sans identité propre, semblable à tant d’autres montres de l’époque. Une montre qui ne préjugeait encore en rien de ce que la marque allait devenir.

Jaquet Droz, à la grande seconde près
© Europa Star 2/2002

Vers la définition d’un style reconnaissable

En 2003, la montre Grande Seconde fait son apparition. Elle frappe les esprits à la fois par son classicisme dépouillé et la disposition si particulière de sa «petite seconde» hypertrophiée. Elle va être à la base de la ligne horlogère au style si caractéristique qui perdure jusqu’à aujourd’hui.

La ligne s’inspire directement d’une superbe montre de poche datant de 1785 (une démonstration supplémentaire de l’intérêt des archives) dont le dépouillement et la sobriété graphique vont être déterminants pour la suite.

La montre de poche de 1785 qui changea le destin contemporain de Jaquet Droz.
La montre de poche de 1785 qui changea le destin contemporain de Jaquet Droz.

La Grande Seconde, telle qu'elle apparaît dans Europa Star 2/2002. Boîtier en or blanc et cadran ivoire en émail grand feu. La matrice stylistique de Jaquet Droz est née.
La Grande Seconde, telle qu’elle apparaît dans Europa Star 2/2002. Boîtier en or blanc et cadran ivoire en émail grand feu. La matrice stylistique de Jaquet Droz est née.
© Europa Star Archives

Au cours des années suivantes, cette matrice stylistique va donner lieu à nombre de variations qui définiront durablement l’image et l’identité particulière de la marque.

Quelques exemples entre 2004 et 2012.

Les Lunes, un calendrier complet avec jour, mois, date par pointeur, phases de lune indiquées par aiguille, rétrograde sur cadran opaline guilloché
Les Lunes, un calendrier complet avec jour, mois, date par pointeur, phases de lune indiquées par aiguille, rétrograde sur cadran opaline guilloché

© Europa Star 2/2004

«Alors que la folie des tourbillons bat son plein, Jaquet Droz rend hommage à une vertu en voie de disparition: la discrétion», explique cet article paru dans Europa Star en 2005.
«Alors que la folie des tourbillons bat son plein, Jaquet Droz rend hommage à une vertu en voie de disparition: la discrétion», explique cet article paru dans Europa Star en 2005.

© Europa Star 2/2005

Chronographe monopoussoir avec double barillet et cadran émail.
Chronographe monopoussoir avec double barillet et cadran émail.

© Europa Star 4/2004

L'Heure Céleste, la Date Astrale et l'Heure Sélénite, tels que publiés dans Europa Star en 2009.
L’Heure Céleste, la Date Astrale et l’Heure Sélénite, tels que publiés dans Europa Star en 2009.

© Europa Star 4/2009

La montre Eclipse, apparue en 2010.
La montre Eclipse, apparue en 2010.

© Europa Star 3/2010

La Grande Seconde Red Moss Agate, avec son cadran mélangeant nacre et agate rouge.
La Grande Seconde Red Moss Agate, avec son cadran mélangeant nacre et agate rouge.

© Europa Star 5/2012

L’offre 2019

L’offre de 2019 ne déparait pas dans cette évolution variée mais cohérente. Au cours de ses déclinaisons, Jaquet Droz avait déjà sorti un chronographe monopoussoir (voir album ci-dessus). Mais c’est la première fois qu’apparaît cette fonction utile parmi les complications du modèle-phare Grande Seconde.

Quatre versions de la Grande Seconde Chronographe se distinguent: une pièce inaugurale en série limitée de 88 pièces, en or rouge avec cadran émail Grand Feu de couleur ivoire, avec chiffres arabes et romains en émail Petit Feu. Par ailleurs, les aiguilles heures, minutes et date rétrograde sont en or rouge, contrastant joliment avec les aiguilles du chronographe en acier bleui.

Jaquet Droz, à la grande seconde près

Trois versions entrent par ailleurs dans la collection courante, en acier de 43 mm, dont le cadran se décline en argent sablé, en bleu ou en taupe dont le grain atteint une profondeur certaine grâce à un sablage main réalisé à sec.

Par ailleurs, ces trois versions se distinguent par un cadran décentré et la couronne du monopoussoir placée à 4h.

Jaquet Droz, à la grande seconde près

Jaquet Droz, à la grande seconde près

Jaquet Droz, à la grande seconde près

Le mouvement qui anime la Grande Seconde Chronographe, à roue à colonnes et spiral en silicium, a été intégralement repensé pour s’adapter à la géométrie particulière de cet affichage décentré.

Jaquet Droz 26M5R, chronographe monopoussoir, mouvement mécanique à remontage automatique, spiral et cornes d'ancre en silicium, barillet unique, roue à colonne, masse oscillante en or rouge 18 carats. 40 heures de réserve de marche.
Jaquet Droz 26M5R, chronographe monopoussoir, mouvement mécanique à remontage automatique, spiral et cornes d’ancre en silicium, barillet unique, roue à colonne, masse oscillante en or rouge 18 carats. 40 heures de réserve de marche.

Une Grande Seconde Dual Time plus contemporaine

En 2016, Jaquet Droz introduisait une Dual Time dans sa collection Grande Seconde. Alors très classique, celle-ci subit cette année une évolution significative qui voit son esthétique profondément modifiée, tandis que son mouvement mécanique à remontage automatique reste le même.

La différence esthétique est la présence d’une mappemonde représentant les continents vus depuis le Pôle nord (en projection «azimutale polaire») dont la finition poudrée donne aux surfaces un grain particulier qui les fait apparaître en léger volume.

Grande Seconde Dual Time, version or rouge cadran émail Grand feu ivoire.

Autre innovation esthétique, l’heure domestique se lit sur 24h, divisée en deux segments de 12h qui permettent de différencier le jour, en blanc, de la nuit, en noir.

L’heure locale se lit dans la partie supérieure du cadran et se règle par saut d’une heure, entraînant le changement de date.

Grande Seconde Dual Time, version or rouge cadran émail Grand feu noir.

Quand Jaquet Droz avait 1’000 modèles

En 1965, Jaquet Droz était fière de pouvoir présenter «une collection incomparable de plus de 1’000 modèles de classe», comme le dit une publicité parue dans Europa Star 2/1965. Mais à l’époque, ce sont 150 fabriques «sélectionnées» qui, réunies sous l’égide de La Coopérative de Fabricants Suisses d’Horlogerie présentaient leur production sous ce nom partagé de Jaquet Droz qui fut, ne l’oublions pas, l’inventeur de la «fabrique» horlogère. Une histoire oubliée.

Jaquet Droz, à la grande seconde près Jaquet Droz, à la grande seconde près

Découvrez nos archives - Rejoignez le Club Europa Star
60 ans de marques, de modèles, de marchés et leurs développements au fil du temps.