time-business


Les groupes sont-ils compatibles avec Baselworld?

ANALYSE

English
février 2020


Les groupes sont-ils compatibles avec Baselworld?

Ce n’est pas que le coronavirus… Si Swatch Group a annulé son événement Time to Move cette année, la décision du géant horloger de quitter Baselworld s’inscrit dans une tendance de fond: après la chaîne de production et les réseaux de distribution, les groupes entendent prendre le contrôle du moment et des conditions de la présentation de leurs nouveautés. Richemont a été précurseur de la stratégie de l’«entre-soi» en quittant la foire de Bâle dès 1999. LVMH prend aussi cette direction. Mais l’éruption de la pandémie leur fera-t-elle reconsidérer la nécessité pour l’industrie de s’unir?

D

es groupes horlogers de plus en plus puissants depuis le début du millénaire, cotés en Bourse et aux velléités de contrôle accru de leur production, distribution et image: cette évolution structurelle de l’industrie rend-elle l’ADN de ces acteurs fondamentalement incompatible avec un événement généraliste comme Baselworld, qui réunit des acteurs de toutes gammes de prix et de tous «pedigrees»?