time-keeper


Hegid, mécanique modulaire

SOCIOLOGIE DU POIGNET

English Español
septembre 2019


Hegid, mécanique modulaire

Comment faire évoluer un objet sensé être «éternel» dès sa naissance? La startup horlogère française Hegid a développé un concept de têtes de montre qui s’associent à une série de carrures et de bracelets différents. Un changement d’identité qui ne doit pas prendre plus de dix secondes. Avec son projet, la marque propose de refonder les bases mêmes de la sociologie du poignet.

O

n s’échine depuis des décennies dans l’industrie horlogère à trouver une réponse à ce casse-tête insoluble: vendre au client un objet qui le dépassera en longévité, tout en lui plaisant toujours autant malgré le passage des saisons et des modes. Les «icônes» horlogères, les vraies, ont d’ailleurs ce mérite de dépasser les modes. Les montres de mode à quartz, elles, sont sensées être moins durables - complément passager plutôt que compagnon de vie.

Le retour en force de la mécanique horlogère dite «intemporelle» ces dernières décennies, dans un monde qui est toujours plus pressé et changeant, accentue d’une certaine manière cette équation. On peut choisir d’avoir une multitude de modèles, pour chaque occasion. Le monde des collectionneurs est en ébullition. Cela a aussi un prix. S’emparant de la tendance très forte de la modularité, de plus en plus pratiquée en horlogerie, la start-up française Hegid l’applique à la mécanique et pousse l’exercice à son paroxysme: elle table sur un «ingrédient de base», la tête de montre, qui s’accompagne d’une série de choix de carrures et de bracelets.

Exemple d'association d'éléments (1)
Exemple d’association d’éléments (1)

Exemple d'association d'éléments (2)
Exemple d’association d’éléments (2)

Exemple d'association d'éléments (3)
Exemple d’association d’éléments (3)

L’horlogerie évolutive de Hegid démarre à 2’400 euros pour une capsule baptisée Neo ou Retro, équipée d’un mouvement Swiss made. Les carrures, de format rond ou carré, coûtent entre 250 et 400 euros. Enfin, les bracelets, en cuir de veau, d’alligator, d’autruche ou de buffle, sont proposés entre 80 et 200 euros. Exposant lors de la dernière édition de Baselworld, Hegid y a présenté de nouveaux choix de bracelets, à SuperLuminova (réalisés avec Atelier du Bracelet Parisien) ainsi qu’en Squama, une matière écologique issue de cuirs marins (en association avec Cuir Marin de France).

Surtout, la société a développé un système de changement de carrure et de bracelet ne prenant pas plus de... 10 secondes, afin de dédramatiser réellement la notion de «montre évolutive». Chaque montre est livrée dans un écrin conçu précisément pour accueillir différents modules, qu’il s’agisse de carrures ou de bracelets.

Emeric Delalandre, Henrik Gauché et Grégory Gauché, les fondateurs de Hegid
Emeric Delalandre, Henrik Gauché et Grégory Gauché, les fondateurs de Hegid

En matière de distribution, comme d’autres startups, Hegid entend trouver la meilleur formulation entre le virtuel et le physique. Elle a mis au point un système de kits de présentation pour les points de vente qui travailleront avec elle, servant à donner un aperçu de la «profondeur de champ» de la marque et des multiples possibilités de combinaisons de capsules, carrures et bracelets. Les partenaires reçoivent une commission sur tout achat effectué en ligne au moyen du code qui leur est attribué.

A noter qu’un configurateur en ligne est disponible pour tester toutes les variations possibles.

La boutique de Hegid à Paris
La boutique de Hegid à Paris

L’être humain de demain prendra-t-il l’habitude de passer d’une montre à l’autre en changeant lui-même les composants de celle-ci? Avec son projet, Hegid propose de refonder les bases mêmes de la sociologie du poignet! Elle ouvre une nouvelle brèche dans un univers horloger en pleine extension. Et annonce déjà de nouvelles modularités sur ses capsules: réserve de marche, date ou encore second fuseau horaire.

Avec son projet, Hegid propose de refonder les bases mêmes de la sociologie du poignet!