60. europa-star-archives


L’horlogerie candidate au patrimoine immatériel de l’UNESCO

CULTURE

English Español Pусский
mars 2019


L'horlogerie candidate au patrimoine immatériel de l'UNESCO

La candidature des «savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art» a été officiellement déposée par la Suisse et la France à l’UNESCO. Au-delà de sa portée symbolique, la décision d’une inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, qui devrait être prise en novembre 2020, a des conséquences bien tangibles pour l’industrie.

O

n l’attendait depuis longtemps. C’est désormais chose faite: l’horlogerie est officiellement candidate au patrimoine immatériel mondial, liste établie par l’UNESCO. La Confédération a déjà déposé avec succès par le passé des candidatures pour la Fête des Vignerons, le Carnaval de Bâle ou encore la «gestion du danger d’avalanche». C’est désormais la tradition mécanique suisse la plus célèbre au monde, l’horlogerie, qui est mise en avant.

La liste actuelle du patrimoine immatériel de l’humanité comprend plus de 500 traditions déjà inscrites ou candidates (cliquer ici pour la découvrir). L’UNESCO met également à disposition du grand public une découverte interactive de ces traditions ou savoir-faire allant de la dentellerie slovène au baile chino du Chili en passant par le théâtre d’ombres chinois.

L'horlogerie candidate au patrimoine immatériel de l'UNESCO

L’urbanisme horloger déjà reconnu

Les «savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art», présentés à l’UNESCO conjointement par la Suisse et la France, comprennent pour leur part «l’artisanat horloger situé le long de l’Arc jurassien de Genève à Schaffhouse, mais aussi la fabrication d’automates et de boîtes à musique, caractéristique de la région de Sainte-Croix», selon un communiqué de l’Office fédéral de la culture.

Des traditions qui ont aussi façonné l’architecture et l’urbanisme, ainsi que la réalité sociale quotidienne des régions concernées. Un des atouts de cette candidature réside d’ailleurs dans son lien avec l’Urbanisme horloger de La Chaux-de-Fonds et du Locle, inscrit au Patrimoine mondial en 2009, et dans son fort caractère transfrontalier.

L'horlogerie candidate au patrimoine immatériel de l'UNESCO

Fort regain d’intérêt pour le patrimoine

La candidature portée par la Suisse a été préparée par l’OFC avec un groupe de pilotage binational regroupant des artisans, des formateurs, des représentants de musées et de collectivités territoriales françaises (Communauté d’agglomération du Grand Besançon et Pays horloger). Après une procédure d’évaluation qui durera près de 18 mois, l’UNESCO devrait décider en novembre 2020 de l’inscription de cette tradition sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Comme nous le soulignions dans un récent dossier (à lire ici), le patrimoine horloger est aujourd’hui au coeur de nombreux enjeux pour l’industrie horlogère: il est utilisé autant dans le marketing que pour le service après-vente ou la réédition de modèles du passé, un phénomène particulièrement fort. On assiste parallèlement, par la puissance du web, à une explosion du marché de l’occasion.

Les initiatives se multiplient pour retrouver et valoriser l’histoire de l’horlogerie, qu’il s’agisse de la célébration des 50 ans du premier homme sur la Lune chez Omega, de la mise en place de l’exposition Le Monde étoilé de Zenith par la marque du Locle ou encore, chez Europa Star de la mise à disposition du grand public de plus de 60 ans d’archives horlogères...

L'horlogerie candidate au patrimoine immatériel de l'UNESCO

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO

Avec la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, ratifiée par la Suisse en 2008, l’UNESCO entend documenter et sauvegarder les traditions et expressions orales, les arts du spectacle, les rituels et évènements festifs, l’artisanat traditionnel ainsi que les savoirs et les pratiques concernant la nature. La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel contribue à sensibiliser le public à l’importance de cet héritage.

En octobre 2014, le Conseil fédéral a approuvé une liste indicative de huit traditions suisses candidates au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité: le Carnaval de Bâle, le Design graphique et la typographie suisses, la Fête des Vignerons de Vevey, la Gestion du danger d’avalanches, les Processions de la semaine sainte à Mendrisio, la Saison d’alpage en Suisse, les Savoir-faire en mécanique horlogère et le Yodel.