highlights


Avec la collection Spirit, Longines rend hommage aux pionniers

COVER STORY

English Español 中文
octobre 2020


Avec la collection Spirit, Longines rend hommage aux pionniers

Qu’ont en commun Amelia Earhart, Paul-Emile Victor, Elinor Smith et Howard Hughes? Deux particularités: ils ont fait preuve d’une résolution admirable pour établir des records en leur temps; et ils étaient équipés d’instruments Longines lors de leurs exploits pionniers. Alors que le monde est traversé d’incertitudes, la collection Longines Spirit, au design clair et contemporain, renoue avec celles et ceux qui ont osé ouvrir de nouveaux horizons.

D

ans les temps de changements rapides que nous connaissons depuis le début du millénaire (et particulièrement en cette année 2020), il est avisé de trouver inspiration chez celles et ceux qui, par le passé, ont fait preuve d’un esprit pionnier. En horlogerie, les marques qui ont su le mieux préserver leur patrimoine sont aussi les mieux profilées pour redonner du sens à leur histoire.

Il n’est dès lors pas étonnant de considérer l’intérêt porté par Longines, une des marques au patrimoine le plus riche du circuit horloger, à celles et ceux qui ont réussi à relever des défis impressionnants au cours du siècle passé. Peut-on s’inspirer de leur esprit pour surmonter les épreuves contemporaines? Il y a certainement là des leçons à tirer.

Parmi bien d’autres, c’est à l’esprit pionnier des aviatrices Amelia Earhart et Elinor Smith, de l’explorateur Paul-Emile Victor, ou encore du pilote et entrepreneur Howard Hugues, que fait appel la marque pour sa nouvelle collection Longines Spirit. Avec, il faut le noter, un remarquable sens de la parité (autre défi contemporain), mettant en avant autant de figures féminines que masculines.

Toutes et tous étaient équipés d’instruments fournis par la marque de Saint-Imier lors de la réalisation de leurs exploits. Pour bien comprendre le sens de la nouvelle collection Longines Spirit, il vaut la peine de retracer le portrait de certains de ces pionnières et pionniers, qui ont repoussé les frontières de l’aventure humaine.

Amelia Earhart: balayer les préconceptions

14 heures et 56 minutes: c’est le temps qu’il faut à Amelia Earhart pour effectuer en 1932 le premier vol en solitaire réalisé par une femme au-dessus de l’Atlantique. Avec cette traversée, la native du Kansas balaie toutes les préconceptions de son époque. C’est en 1921, à l’âge de 24 ans, qu’elle achète son premier avion. Un an plus tard, elle propulse son biplace d’une puissance de 60 chevaux seulement jusqu’à 4’267m, établissant le record d’altitude atteinte par une pilote.

En 1928, Amelia Earhart est la première femme à traverser l’Atlantique en avion en tant que co-pilote, un an seulement après le vol de Charles Lindbergh. Mais elle ne se montre guère satisfaite, déclarant: «Je n’étais qu’un bagage, comme un sac de pommes de terre.» L’aviatrice préférait le siège de pilote… La même année, elle devient la première femme à voler en solo à travers l’Amérique du Nord et à faire l’aller-retour du continent. Elle fonde également une association visant à promouvoir le rôle des femmes dans l’aviation.

Amelia Earhart effectue en 1932 le premier vol féminin en solitaire au-dessus de l'Atlantique, utilisant son chronographe Longines comme instrument de navigation.
Amelia Earhart effectue en 1932 le premier vol féminin en solitaire au-dessus de l’Atlantique, utilisant son chronographe Longines comme instrument de navigation.

En 1932, Amelia Earhart réalise son exploit au-dessus de l’Atlantique: luttant contre les vents violents, les conditions glaciales et les problèmes mécaniques, elle relie en solo le Canada à l’Irlande du Nord. Lors de ses deux traversées de l’Atlantique, la pilote portait un chronographe Longines. À l’époque, les montres étaient le principal instrument de navigation disponible.

Faire le tour du globe le long de l’équateur, un voyage de 47’000 km, devait être le dernier projet d’Earhart, avec son navigateur Fred Noonan. Après avoir gagné la Papouasie-Nouvelle-Guinée, leur bimoteur Lockheed Electra, à court de carburant, disparaît dans le Pacifique. L’épave de l’avion n’a jamais été retrouvée. L’esprit pionnier d’Amelia Earhart, lui, demeure.

Paul-Emile Victor: comprendre l’esprit de «l’Autre»

Originaire du Jura français, Paul- Emile Victor n’est pas devenu horloger comme bien des natifs de ce berceau de la mécanique de précision. Ce scientifique reconnu a décidé, quant à lui, de s’installer chez les Inuits. Fasciné par cette civilisation, il lui consacrera nombre d’ouvrages et de conférences, désireux de partager son vécu et ses connaissances.

Cette expérience l’amène aussi à s’intéresser de près aux Pôles et à l’exploration des mystérieuses étendues glaciaires qui surplombent notre planète. En 1936, Paul-Emile Victor passe sept semaines à traverser la calotte glaciaire du Groenland, équipé de trois chronomètres Longines lui permettant de calculer la longitude et donc de se repérer.

Paul-Emile Victor passe sept semaines à traverser la calotte glaciaire du Groenland, en 1936. Dans des conditions météorologiques extrêmement rudes, ses chronomètres Longines lui permettent d'effectuer ses calculs de longitude. «Ces chronos représentaient la différence entre l'échec et la réussite», commentera-t-il plus tard.
Paul-Emile Victor passe sept semaines à traverser la calotte glaciaire du Groenland, en 1936. Dans des conditions météorologiques extrêmement rudes, ses chronomètres Longines lui permettent d’effectuer ses calculs de longitude. «Ces chronos représentaient la différence entre l’échec et la réussite», commentera-t-il plus tard.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est pilote et parachutiste dans l’armée de l’air américaine. Lorsque la paix est rétablie, il fonde les Expéditions Polaires Françaises. Durant près de 30 ans, Paul-Émile Victor a mené 150 expéditions à la recherche d’informations pour percer les mystères des Pôles. Il lègue un vaste corpus sur la culture, l’environnement et l’humanité aux marges de la Terre.

Elinor Smith: conserver son âme d’enfant

«J’ai su dès l’âge de 6 ans que je voulais voler», expliquait Elinor Smith. A 10 ans, la native de Long Island commence à prendre des leçons d’aviation. A 15 ans, elle réalise son premier vol en solo. Un an plus tard, en 1928, elle reçoit sa licence de l’Administration fédérale de l’aviation, ce qui fait de cette jeune fille de 16 ans la plus jeune pilote certifiée au monde.

Quelques mois plus tard, Elinor Smith vole sous les quatre ponts de New York. Un défi qu’elle a souhaité relever parce qu’une de ses connaissances masculines, qui avait essayé et échoué, lui a dit qu’elle n’y parviendrait pas.

Montre Longines au poignet, Elinor Smith établit un record de vol en altitude à 9'929 mètres en 1931.
Montre Longines au poignet, Elinor Smith établit un record de vol en altitude à 9’929 mètres en 1931.

A 17 ans, Elinor Smith bat le record féminin d’endurance en solo, en pilotant un avion à cockpit ouvert pendant 13 heures et 16 minutes. La jeune pilote, équipée de modèles Longines, établit de nombreux records d’endurance, de vitesse et d’altitude en solitaire. En novembre 1929, elle est en vol pendant 42 heures grâce à l’innovation du ravitaillement en vol.

Deux ans plus tard, après avoir failli mourir lors d’une première tentative, elle s’attaque au record d’altitude et réussit à voler plus haut que tout autre, à 9’929 mètres. Celle qui avait su garder son âme rêveuse d’enfant se sortira finalement de toutes ses aventures périlleuses et vivra presque centenaire!

Howard Hughes: l’anticonformisme absolu

En 1925, le jeune Hughes hérite de la société de son père, une compagnie de production de forage pour l’industrie pétrolière. Au cours des années suivantes, Hughes fait fructifier la fortune familiale grâce à ses investissements: il est producteur de films et entrepreneur dans les domaines de l’aviation, de l’électricité, des médias, de l’industrie manufacturière, de l’immobilier et dans le forage pétrolier.

entrepreneuriale que pour son excentricité, Howard Hugues, passionné d’aviation, s’attaque à tous les records de son temps. En 1938, sur un vol chronométré par Longines – et dans un avion équipé avec des chronomètres et chronographes de la marque –, il bat le record du tour du monde aérien le plus rapide aux commandes de son Lockheed Super Electra: 3 jours, 19 heures et 14 minutes.

Howard Hughes était le plus célèbre utilisateur du Sidérographe, un appareil de bord pour la navigation aérienne breveté par Longines.
Howard Hughes était le plus célèbre utilisateur du Sidérographe, un appareil de bord pour la navigation aérienne breveté par Longines.

Il est le plus célèbre utilisateur du «Sidérographe», un appareil de bord pour la navigation aérienne breveté par Longines. Ce modèle n’affichait pas l’heure civile habituelle mais le temps sidéral, mesurant la rotation de la terre en se référant aux étoiles et non au soleil.

Ce système permet aux navigateurs de déterminer la position de leur avion la nuit ou au-dessus de la mer, bien avant l’ère des instruments GPS modernes. Le mouvement est placé dans un boîtier en aluminium trempé à chaud, un matériau parfaitement adapté à l’aviation en raison de sa légèreté et de sa nature antimagnétique.

LA NOUVELLE COLLECTION LONGINES SPIRIT

La ligne imaginée par Longines reprend des caractéristiques propres aux montres de pilotes, comme la couronne de grande taille, la lunette en retrait du flanc de carrure, la typographie du cadran, les index en losange ou encore les aiguilles bâtons larges et luminescentes. Un soin particulier a été accordé aux finitions, qui alternent les détails satinés, mats, polis ou en relief.

Le modèle Longines Spirit réf. L3.820.4.93.0 (42 mm) abrite un mouvement chronographe à roue à colonnes certifié COSC doté d'un spiral en silicium.
Le modèle Longines Spirit réf. L3.820.4.93.0 (42 mm) abrite un mouvement chronographe à roue à colonnes certifié COSC doté d’un spiral en silicium.

Longines équipe cette ligne de mouvements automatiques exclusifs (L888.4 et L688.4) dotés de spiraux en silicium, pour garantir une haute précision et une longévité accrue. Ces calibres, avec une réserve de marche de respectivement 64 et 60 heures, sont certifiés «chronomètre» par le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC). Une glace saphir bombée avec traitement antireflet multicouches sur le dessus et le dessous, une couronne vissée et un fond gravé à vis attestent également de la technicité de cette nouvelle collection.

Sur le modèle Longines Spirit réf. L3.810.4.73.6 (40 mm), une glace saphir bombée protège un cadran argenté grené orné de chiffres arabes et d'aiguilles noires sablées recouvertes de Super-LumiNova®.
Sur le modèle Longines Spirit réf. L3.810.4.73.6 (40 mm), une glace saphir bombée protège un cadran argenté grené orné de chiffres arabes et d’aiguilles noires sablées recouvertes de Super-LumiNova®.

Disponibles en versions trois aiguilles/ calendrier (40mm et 42mm) et chronographe (42mm), les modèles Longines Spirit se déclinent sur un cadran noir mat, argenté grené ou bleu soleillé. Ceux-ci sont tous estampillés des cinq étoiles en applique qui, dans l’histoire de Longines, signalent l’amélioration continue de la qualité et de la fiabilité des mouvements de la marque. Une technologie de pointe qui rend hommage à celles et ceux qui, en leur temps, ont fait bouger les limites de l’aventure humaine.

Comme les autres références de la nouvelle collection, le modèle Longines Spirit L3.810.4.73.2 (40 mm) est doté d'un boîtier en acier inoxydable brossé et poli. Il abrite un mouvement exclusif à remontage automatique certifié COSC (L888.4) avec spiral en silicium.
Comme les autres références de la nouvelle collection, le modèle Longines Spirit L3.810.4.73.2 (40 mm) est doté d’un boîtier en acier inoxydable brossé et poli. Il abrite un mouvement exclusif à remontage automatique certifié COSC (L888.4) avec spiral en silicium.
DÉCOUVREZ TOUTES NOS ÉDITIONS DEPUIS 1950
Plus de 100’000 pages d’archives à découvrir dans notre base de données Europa Star Club.