Détaillants


Malgré la pandémie, Kurz dévoile ses plans pour le marché suisse

ENTRETIEN

mars 2021


Malgré la pandémie, Kurz dévoile ses plans pour le marché suisse

Rachetée par le groupe IGS à Bucherer en septembre 2020, la chaîne suisse de vente de bijoux et montres vient d’inaugurer une nouvelle boutique à Lugano. Au cœur d’une pandémie qui touche de plein fouet le secteur, le destin de cet acteur historique s’est donc accéléré ces derniers mois. Entretien croisé avec Doris Mancari, CEO de Kurz, et Christine Stucki, PDG et CEO d’IGS.

Q

ue d’événements ces derniers mois pour Kurz, acteur historique de la vente de bijoux et montres en Suisse, au cœur d’une crise pandémique qui n’en finit pas de se prolonger. En septembre de l’an dernier, on apprenait tout d’abord que la chaîne fondée en 1948 par Armin Kurz à Zurich était rachetée à Bucherer par IGS, un groupe familial suisse actif dans le segment via ses boutiques Carat.

Puis en février 2021, sous l’égide de son nouveau propriétaire, Kurz annonçait l’inauguration d’une nouvelle boutique à Lugano, alors qu’elle n’était pas présente au Tessin jusqu’alors. Avec cette ouverture, l’enseigne compte désormais un réseau de neuf boutiques dans les principales villes de Suisse, dont Zurich, Bâle, Berne, Lucerne et Genève.

Avec cette nouvelle ouverture à Lugano, Kurz compte désormais un réseau de neuf boutiques dans les principales villes de Suisse.

La boutique Kurz de Zurich
La boutique Kurz de Zurich

Opérant déjà 31 boutiques sur le créneau de l’entrée de gamme dans les centres commerciaux suisses via Carat (représentant des marques comme Pandora, Swarovski, Fossil, Michael Kors ou Cluse), le groupe IGS complète ainsi son activité en intégrant une horlogerie et bijouterie plus exclusive. Outre sa propre offre de bijoux, Kurz représente en effet des marques comme Omega, Glashütte Original, IWC, Breitling, Chopard, Zenith, Chanel, Longines ou encore Tudor.

Cette expansion en Suisse italienne marque, selon IGS, la «première étape du développement stratégique du portefeuille de Kurz dans les principales villes de Suisse», alors que «d’autres ouvertures sont déjà planifiées». Le lancement d’une activité de e-commerce est aussi au programme. Pour en savoir plus, nous avons interrogé Doris Mancari, CEO de Kurz, et Christine Stucki, PDG et CEO d’IGS.

IGS complète son activité en intégrant une offre d’horlogerie et bijouterie plus exclusive dans son portfolio de groupe.

Europa Star: En septembre 2020, Kurz passait des mains du groupe Bucherer à IGS. Quelles ont été les principales raisons de ce rachat?

Christine Stucki: Au printemps 2020 et grâce à la médiation de Jacques Frei, nous avons reçu une offre du groupe Bucherer pour reprendre Juwelier Kurz, car Bucherer entend se concentrer toujours davantage sur le développement de sa propre marque. La marque «Juwelier Kurz», très bien positionnée, nous permet d’étendre le savoir-faire de Carat en matière de bijoux et de montres à une chaîne de bijoutiers connue dans toute la Suisse.

Doris Mancari: Nous sommes très reconnaissants à IGS de pouvoir poursuivre la stratégie et l’histoire de Kurz avec le soutien d’une entreprise familiale suisse et d’un partenaire solide à nos côtés, d’autant plus que notre nouveau propriétaire connaît très bien le secteur de l’horlogerie-bijouterie. IGS AG a été fondée en 1989 par Jacques Frei et Christine Stucki et exploite déjà, sous la marque Carat, 30 boutiques et sites de e-commerce en Suisse. Ils comptent aujourd’hui environ 170 employés. A cela s’ajoutent maintenant les 110 employés de Kurz.

Grâce à l’expertise et à l’expérience de Jacques Frei, IGS nous apporte une compétence extrêmement précieuse dans le domaine des diamants. Kurz, avec ses boutiques en ville et ses marques de montres suisses renommées, complète idéalement le portefeuille de Carat, plus axée sur les montres fashion. Les deux marques sont très complémentaires pour offrir une sélection allant de l’entrée de gamme au luxe.

Christine Stucki, PDG et CEO du groupe IGS, qui a racheté Kurz l'an dernier
Christine Stucki, PDG et CEO du groupe IGS, qui a racheté Kurz l’an dernier

Une nouvelle boutique Kurz vient d’ouvrir à Lugano. Quels sont les principaux plans de développement d’IGS pour Kurz?

Doris Mancari: L’expansion en Suisse italienne marque la première étape de notre expansion stratégique visant à étendre l’offre de Kurz dans les principales villes suisses. Avant cela, la marque n’était pas encore présente dans la partie italophone du pays. D’autres sites sont en cours de planification en Suisse. Notre vision à long terme est de développer Juwelier Kurz en tant que marque à identité forte, indépendante de Carat.

«Notre vision à long terme est de développer Juwelier Kurz en tant que marque à identité forte, indépendante de Carat.»

IGS avait déjà acquis la partie suisse du groupe Oro Vivo avec ses 20 bijouteries en 2015 et les neuf magasins Carat de Migros en 2017. Comment Kurz s’inscrit-il dans cette configuration?

Christine Stucki: Les boutiques Kurz, qui occupent une position privilégiée dans les grandes villes, renforcent notre portefeuille stratégique de groupe sur le marché suisse. Grâce à cette acquisition, nous avons pu intégrer une marque de très bonne réputation. Mais Kurz reste Kurz et Carat reste Carat! Au sein du groupe, chacune conserve sa propre identité et son positionnement spécifique: Kurz en tant que spécialiste de l’horlogerie-bijouterie du moyen au haut de gamme et luxe dans les villes principales, et Carat de l’entrée au moyen de gamme dans les plus importants centres commerciaux suisses.

Doris Mancari, CEO de Juwelier Kurz
Doris Mancari, CEO de Juwelier Kurz
Credit: Maya & Daniele

Avez-vous dû procéder à des changements de personnel l’année dernière?

Doris Mancari: La rotation du personnel chez Kurz l’année dernière était dans une fourchette normale et peut être considérée comme faible dans l’ensemble, compte tenu des derniers développements de l’industrie dans la crise pandémique actuelle.

Quel segment entre les bijoux (y compris de marque Kurz) et les montres représente la plus grande part de l’activité?

Doris Mancari: La proportion entre montres et bijoux reste à peu près égale. Pendant la crise pandémique, nous avons constaté une augmentation propre au segment des bijoux, surtout des alliances.

Avez-vous l’intention de vendre des montres et bijoux en ligne ?

Doris Mancari: Oui, la mise en œuvre du commerce électronique est l’une des prochaines priorités stratégiques de Kurz.

Avec le Covid-19, les détaillants suisses ne peuvent plus compter sur les clients et touristes étrangers. Comment vous adaptez-vous à cette nouvelle donne?

Doris Mancari: La clientèle locale suisse a toujours été clairement majoritaire chez Kurz. Cela nous est d’ailleurs plutôt bénéfique dans la situation actuelle.

«La clientèle locale suisse a toujours été clairement majoritaire chez Kurz. Cela nous est d’ailleurs plutôt bénéfique dans la situation actuelle.»

Kurz n’opère plus dans le réseau Globus. Cela est-il lié à la pandémie ?

Christine Stucki: Non, pas du tout. Reprendre les boutiques Kurz de Globus n’était pas une priorité stratégique pour nous. Nous nous concentrons sur les bijouteries situées dans les villes de premier plan et n’exploitons plus de shop-in-shop dans les grands magasins.

Avez-vous apporté des modifications au catalogue des marques de montres que vous représentez depuis l’année dernière?

Doris Mancari: Nous comptons actuellement 21 marques de montres dans notre portefeuille et la gamme de montres a également été rationalisée dans le cadre de l’acquisition de Kurz.

Au vu de la situation sanitaire et de votre récente acquisition, quelles perspectives de croissance voyez-vous pour l’horlogerie-bijouterie sur le marché suisse à plus long terme?

Christine Stucki: Il est indéniable que la crise actuelle touche particulièrement l’industrie horlogère et bijoutière. Seul le temps nous dira s’il y aura des effets de «rattrapage» après la crise pandémique mais nous restons pour notre part convaincus que la situation se redressera.