03. time-business


Europa Star

PRIX DES MONTRES

C’EST LA FAUTE À…

English

PRIX DES MONTRES
C’

est la faute à… Oui, les raisons ne manquent pas, de tous ordres, un écheveau de raisons entremêlées qui ont mené à la situation pour le moins difficile de l’horlogerie en ce début de 2017. Quand des raisons si diverses s’accumulent et qu’il n’y a pas un seul ennemi à désigner (comme, à tort ou à raison, dans la crise du quartz), c’est signe qu’on se trouve au seuil de changements profonds, de transformations structurelles, de mutations sociales. Avec au fond une lancinante question que tous se posent peu ou prou: y a-t-il aussi désamour? Et si oui, comment reconquérir les cœurs?

C’est la faute à…

  • l’état de l’économie mondiale
  • la transparence requise aux banques: plus d’acheteurs au noir
  • la désamour de l’horlogerie, surtout de la part des femmes
  • la politique chinoise et ses touristes
  • la modification durable des canaux de distribution dans le monde
  • l’e-commerce, le digital, la disparition du papier
  • les prix et les marges en augmentation
  • l’hégémonie des groupes
  • la surcapacité de la sous-traitance
  • les pouvoirs d’achat en recul dans pays occidentaux et au Moyen-Orient
  • le franc fort qui a tué le marché intérieur suisse
  • les stocks monstrueux dans la distribution
  • le déstockage par discount, parfois moins 80%
  • le manque d’anticipation des groupes qui n’ont pas vu venir les modifications structurelles en cours
  • les problèmes de management: après 35 ans avec le vent dans le dos, plus personne ne sait naviguer en vents contraires
  • la centralisation des décisions, les obsession du contrôle, la perte d’innovation, la dépersonnalisation, les plans marketing envoyés par email, l’absence de véritable remontée des marchés, la connaissance médiocre des acheteurs, le marketing top-down et pas dans l’autre sens
  • la démocratisation du luxe qui lui a fait perdre sa rareté
  • les boutiques identiques dans le monde entier