time-business


Les nouveaux métiers de l’horlogerie

EMPLOI

janvier 2022


Les nouveaux métiers de l'horlogerie

Cybersécurité, durabilité, nouvelles technologies mais aussi renaissance de l’artisanat: dans ces domaines, l’industrie horlogère aura toujours plus besoin des bons profils pour concevoir la montre du 21ème siècle. Le visage de l’emploi horloger sera certainement bien différent d’ici une décennie seulement. Exemples.

2

020 fut une année particulière pour le marché mondial de l’horlogerie. En effet, après une croissance continue durant plus de 30 ans, le secteur a connu une baisse importante de ses ventes à cause de la pandémie de Covid-19. Si le coup d’arrêt est brutal, il ne remet néanmoins pas en cause le développement d’une des industries les plus traditionnelles qui puisse exister, qui s’est vue au cours des dernières années obligée de se moderniser et de s’adapter à la transformation digitale liée à notre époque.

Disons-le clairement, il n’est pas courant de voir apparaitre un nouveau procédé dans l’art traditionnel qu’est l’horlogerie. Cependant, le secteur s’ajuste en permanence et la demande pour de nouvelles compétences est quant à elle bien présente. Allez, rien que pour vous, on fait le tour des nouveaux métiers de l’horlogerie!

Raphaël Hatem, Community & Event Manager, Job Watch
Raphaël Hatem, Community & Event Manager, Job Watch

Les métiers de la cybersécurité

Si vous demandez à quelqu’un dans la rue ce que lui évoque la «blockchain», il y a de fortes chances que cette personne vous réponde «bitcoin». En fait, le bitcoin et les cryptomonnaies en général ne sont qu’un exemple des multiples solutions que peut apporter la blockchain, cette technologie de stockage et de transmission d’informations décentralisée. Celle ci permet par exemple d’émettre ce que l’on pourrait résumer par une «signature numérique unique».

Vous ne voyez toujours pas le rapport avec l’horlogerie? Depuis quelques années, la vente de montres de seconde main connaît une forte croissance. Or, il n’est pas toujours facile pour l’acheteur de faire la différence entre les montres originales et les contrefaçons. Grâce à la technologie blockchain, il est possible de délivrer un certificat numérique garantissant l’authenticité de telle ou telle montre.

On observe l’apparition de nouvelles sociétés spécialisées dans la création de certificats d’authentification basés sur la blockchain, qui travaillent directement avec les plus grandes marques de montres.

Le certificat comporte différentes informations telles que l’origine de la montre, l’historique de propriété, ou encore l’état et la conformité des composants de la montre. De plus, il est garanti unique, infalsifiable, et ultra-sécurisé, ce qui offre un avantage inestimable à une époque où les objets numériques peuvent être facilement copiés, évitant ainsi quelques sueurs froides aux acheteurs soucieux de l’authenticité de leur achat.

Cette solution est tout particulièrement adaptée à l’industrie du luxe, fréquemment exposée aux contrefaçons et aux escroqueries. Elle entraine par ailleurs l’apparition de nouvelles sociétés spécialisées dans la création de certificats d’authentification basés sur la blockchain, qui travaillent directement avec les plus grandes marques de montres.

Les métiers de la durabilité

À l’heure où ces lignes étaient écrites, les pays du monde entier se réunissaient à Glasgow pour la COP26, afin de tenter de lutter contre le réchauffement climatique. Sauf si vous avez passé les cinquante dernières années dans une grotte (auquel cas vous êtes excusé!), vous savez que la lutte contre le réchauffement climatique constitue l’un des défis majeurs du 21ème siècle et que les différents acteurs de la société sont appelés à adopter un comportement plus respectueux envers l’environnement.

Bien qu’elle ne soit pas la plus polluante, l’industrie horlogère n’est pas exempte de tout reproche. En effet, si les matériaux utilisés lors de la fabrication des montres ne sont pas parmi les plus polluants, leur transport entraîne quant à lui un impact considérable sur l’empreinte carbone du processus de fabrication. Or, le facteur durable est devenu un point essentiel pour toute entreprise et représente autant un gage de responsabilité sociale qu’un argument commercial pour les horlogers.

Ces nouvelles considérations entrainent la création de nombreux emplois, parmi lesquels on peut citer les postes de responsable impact, responsable durabilité et tous les métiers liés au cycle de vie du produit.

S’il y a encore dix ans le sujet n’en était pas vraiment un pour les principales marques, toutes les grandes maisons ont aujourd’hui développé une stratégie environnementale et cherchent à proposer des montres désirables et durables.

Les marques cherchent avant tout à rendre leur processus de fabrication plus eco-friendly. Cette volonté se traduit par l’utilisation de matériaux recyclés (comme l’acier inoxydable par exemple), la relocalisation des circuits de production afin de diminuer les émissions de CO2 liées au transport ou encore la création de services après-vente pour allonger la durée de vie de leurs montres.

Toutes ces nouvelles considérations pour les marques entrainent la création de nombreux emplois, parmi lesquels on peut citer les postes de responsable impact, responsable durabilité et tous les métiers liés au cycle de vie du produit (logistique, sélection des matières premières, durée de vie, etc).

Les nouveaux métiers techniques

La révolution numérique et l’automatisation du secteur horloger au cours des 25 dernières années entraînent également de profondes transformations dans les métiers et formations liés à l’horlogerie. En effet, cette révolution horlogère (que certains appellent l’horlogerie 4.0) pourrait conduire à une polarisation des formations et emplois du secteur, selon Christophe Degryse, chercheur et responsable de l’unité prospective au sein de l’European Trade Union Institute (Etui).

Ainsi, il est probable qu’avec les nouvelles machines disponibles, le secteur recherche à l’avenir des qualifications très élevées d’un côté, ou très basses de l’autre. À court terme, les emplois les moins qualifiés seraient menacés. Au contraire, à long terme, il est probable que la demande pour des travailleurs manuels et qualifiés augmente afin de contrer la robotisation de la production.

En effet, si celle-ci présente de nombreux avantages, elle entraîne une revalorisation de l’artisanat, ce qui devrait profiter à de nombreux métiers comme le sertissage, la gravure, la broderie ou encore l’émaillage.

Il est probable qu’avec les nouvelles machines disponibles, le secteur recherche à l’avenir des qualifications très élevées d’un côté, ou très basses de l’autre.

Pas de panique donc, il est peu probable que des ingénieurs remplacent les horlogers qui font la fierté des marques. Cependant, les formations devront à l’avenir devenir plus modulables afin de permettre l’apprentissage de nouvelles compétences interdisciplinaires qui permettront aux horlogers de demain d’être en phase avec les nouveaux modes de production.

Les métiers d’art

Si les métiers d’art concernent précisément les techniques ancestrales liées à la décoration des montres, on observe un retour en force de leur popularité dans le secteur de l’horlogerie. En effet, les marques cherchent à mettre en avant ces compétences comme gage de qualité et d’authenticité, et n’hésitent pas à en inventer de nouveaux!

Le sertissage, par exemple, est un art ancien, mais qui a été remis au goût du jour en 2015 par la maison Roger Dupuis qui a présenté une nouvelle technique brevetée nommée «Soft Stones in the Sky», permettant le sertissage de pierres précieuses sur caoutchouc. Cet exemple illustre parfaitement la touche de modernité qui peut revigorer et renouveler des techniques ancestrales.

Lorsque les marques ne créent pas de nouvelles techniques, elles réactualisent d’anciennes techniques presque disparues. Par exemple, en 2016, la Ballon Bleu de Cartier Granulation d’Émail Décor Panthère a été conçue en reprenant les techniques de la granulation, qui consiste à créer puis à assembler de minuscules billes d’or sur une plaque. Le résultat remarquable démontre l’intérêt d’utiliser les métiers d’art dans la création de pièces d’exception et pourrait même influencer d’autres maisons à utiliser d’anciennes techniques – Cartier étant pour l’instant la seule marque à utiliser cette technique. On peut aussi citer l’exemple de la collection Œuvre d’Or de Ferdinand Berthoud, qui intègre une platine à la surface gravée à la main. Une technique qui requiert une grande expérience et une excellente dextérité de la part de l’artisan.

Ces exemples montrent que le secteur est en constante transformation et cherche toujours à se réinventer, par la création de nouvelles techniques ou la modernisation de techniques plus anciennes. S’il est compliqué de prédire quelles seront les nouvelles techniques de demain, les exemples précédents démontrent que les métiers d’art sont en vogue dans l’horlogerie et les artisans amenés à être plus demandés par les différentes maisons.

Plus de 85% des métiers de 2030 n’existent pas encore et personne ne peut prédire avec exactitude l’évolution du secteur.

De plus, en dehors des nouveaux métiers créés en horlogerie, l’évolution du secteur affecte également les autres corps de métier liés de près ou de loin aux acteurs de l’industrie. Par exemple, avec la pandémie de Covid-19, les maisons ont dû adapter leur communication et leurs partenariats avec des célébrités (sportifs, acteurs, etc) et influenceurs ont par exemple vu leur impact augmenter de 143% en un an.

D’une manière générale, on note une forte augmentation de la demande pour les métiers liés au marketing digital. Et pour cause, en 2021, les ventes des sites de e-commerce de montres d’occasion ont augmenté de 41%! Le secteur de l’horlogerie n’échappe donc pas à la révolution numérique et il est probable que des innovations dans les années à venir soient à l’origine de changements au sein de l’industrie. Après tout, plus de 85% des métiers de 2030 n’existent pas encore et personne ne peut prédire avec exactitude l’évolution du secteur.

Une chose est sûre, le futur de l’horlogerie sera digital et le secteur devra s’adapter aux nouvelles tendances s’il souhaite continuer sa croissance quasi ininterrompue depuis plus de 30 ans.


*À PROPOS DE JOB WATCH Les nouveaux métiers de l'horlogerie

Jobwatch.ch est une plateforme où se retrouvent candidats, entreprises et formateurs, avec pour mission de fournir un accès privilégié à l’emploi et un service personnalisé à ses plus de 48’000 candidats, dans tous les domaines de l’horlogerie et de la microtechnique.

VOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE