02. time-business


Europa Star

QUI SONT LES VRAIS GÉANTS DE L’HORLOGERIE CHINOISE?

ASIE

décembre 2017


QUI SONT LES VRAIS GÉANTS DE L'HORLOGERIE CHINOISE?

La Chine (continentale) a exporté en 2016 plus de 652 millions de montres-bracelets! C’est de très loin le plus grand producteur mondial. Mais qui se cache derrière cette production de masse?

O

fficiellement, l’Association horlogère chinoise annonce 253 manufactures, ce qui correspondrait à 2,5 millions d’unités en moyenne par entreprise! Quand on sait que la Suisse n’a exporté «que» 25,4 millions de montres, on est curieux de connaître les mystérieux géants de l’industrie horlogère chinoise.

C’est à la foire horlogère de Shenzhen, fin juin, que nous avons tenté de dénicher ces «big players», chiffres à l’appui. Pourtant, les marques chinoises connues et couramment commercialisées se résument à Sea-Gull, Starking, Tian Wang, Rarone, Fiyta (prononcer «Fi-ya-ta»), Ossine, Peacock, Golgen, Casiden, Poscher, Rosdn, Bowdor, Runosd, Geya, sans oublier Rossini, Ebohr et l’une des plus anciennes (1958), la Beijing Watch Factory. En incluant les montres digitales, sportives et connectées, ajoutons en gros une vingtaine de marques.

Ça fait combien d’unités en tout? En m’adressant à l’Association horlogère chinoise, je pensais obtenir ces chiffres en dix minutes d’interview. En fait, il m’a fallu quatre jours de négociations avec le service de presse pour obtenir l’interview de l’un de ses membres. Ceux appartenant «au parti» ne sont, paraît- il, pas autorisés à faire des déclarations aux médias et les autres étaient soi-disant surbookés...

Ce que je croyais simple à obtenir s’annonce mission impossible. «En Chine, les chiffres sont variables afin de permettre une variation d’interprétations», m’explique le plus sérieusement du monde un membre de l’Association horlogère de Canton, lui aussi incapable d’articuler le moindre chiffre de production, de vente ou d’exportation. Quant aux patrons des marques eux-mêmes, ils peuvent annoncer n’importe quel volume, c’est absolument invérifiable à notre niveau.

Le véritable géant, c’est lui!

La fourchette des prix de vente des marques précitées va d’une centaine de yuans (15 francs) pour une simple montre à quartz à plus de 100’000 yuans (15’000 francs) pour un tourbillon. Or, le prix d’exportation moyen n’est que de 4 dollars pièce! On comprend dès lors vite que les vrais géants de l’horlogerie chinoise n’ont pas de nom, on les qualifie d’OEM (Original Equipment Manufacturer), autrement dit ce sont des usines de montres génériques, fabriquant pour le compte de marques disséminées partout dans le monde. Mais à 4 dollars pièce, ce sont des géants aux pieds d’argile…

QUI SONT LES VRAIS GÉANTS DE L'HORLOGERIE CHINOISE?
AFP

Tel est en tout cas l’avis de l’Association horlogère qui, lors du forum d’ouverture de la 28ème foire horlogère de Shenzhen, salue le plan «Made in China 2025» lancé en 2015 par le gouvernement central qui représente une nouvelle phase industrielle: sur dix ans et dans dix secteurs d’activité, l’OEM devra se transformer en «made in China» grâce, notamment, à une élévation de la qualité. Mais attention, l’industrie horlogère ne fait pas partie des secteurs concernés. Peu importe, les médias invités s’en contentent en applaudissant des deux mains...

Pour la énième fois, je prie le service de presse de m’organiser une entrevue avec un responsable, mais cette fois je décide de m’exprimer en chinois: «Mettez-vous à ma place, imaginez- vous journaliste chinois faisant 10’000 km pour couvrir Baselworld et se voir refuser la moindre interview!» Intriguée, Madame Yang Jingwen, éminente personnalité de l’Association horlogère chinoise depuis 1999, sort de son bureau les yeux tout ronds: «Mais c’est qu’il parle chinois! Je vais vous trouver un interlocuteur». Sésame, ouvre-toi…