11. time-business


Europa Star Europa Star Europa Star

Hanhart 2.0

MADE IN GERMANY

English Español
avril 2019


Hanhart 2.0

Fondée en 1882, la marque historique allemande de chronographes est en pleine transformation. Elle est à présent dirigée par deux jeunes entrepreneurs de la région, qui se sont donnés pour objectif de la faire entrer dans le 21ème siècle. Rencontre.

C’

est dans la bucolique région de la Forêt Noire, au sud de l’Allemagne, que l’on retrouve le co-CEO de Hanhart, Simon Hall. Ce trentenaire, de formation horlogère, est un natif du coin. Dans la voiture qui nous mène vers Gütenbach, où se trouvent les ateliers historiques, il revient sur son parcours, qui l’a mené à prendre les rênes, avec Felix Wallner, de cette vénérable marque allemande fondée en 1882 par Johann A. Hanhart, du côté… suisse du Rhin (la manufacture s’est relocalisée côté allemand, à Schwenningen, en 1902).

Signe distinctif entre tous: le poussoir rouge qui a équipé les chronographes Hanhart depuis le modèle TachyTele de 1939.

«Avant de reprendre les rênes la société en 2014, j’en ai d’abord été l’employé», souligne Simon Hall. Après avoir travaillé dans l’industrie chimique et automobile, il entre chez Hanhart, alors scindée en deux entités bien distinctes: celle qui produit des chronomètres mécaniques et électroniques sportifs et professionnels et celle qui produit des montres-bracelets. Mais la première activité est concurrencée par l’informatisation croissante, quand la seconde fait face à la suprématie suisse sur la montre-bracelet de sport automatique.

Simon Hall dirige Hanhart depuis 2014 avec Felix Wallner
Simon Hall dirige Hanhart depuis 2014 avec Felix Wallner

Une start-up de 130 ans

En 2014, Hanhart est reprise par un groupe d’entrepreneurs (qui l’avait déjà détenue entre 1992 et 2008): d’abord la société de montres-bracelets et deux ans plus tard le fabricant de chronomètres. Les deux entités sont réunies sous un même toit, à Gütenbach, où une vingtaine d’employés sont affairés dans ateliers historiques, qui sont immenses par rapport à la taille actuelle de la société. Aujourd’hui, la production des chronomètres professionnels (notamment pour l’industrie chimique) toujours pour les deux tiers de la production de Hanhart. Mais Simon Hall est clair sur un point: «Pour nous, le futur est dans la montre-bracelet.»

Une édition spéciale créée avec la société de sports automobiles Black Falcon
Une édition spéciale créée avec la société de sports automobiles Black Falcon

Hanhart Primus Racer
Hanhart Primus Racer

Une nouvelle start-up horlogère, de plus de 130 ans, est née! Les deux managers espèrent renouer avec l’esprit dynamique et entreprenant de Wilhelm Julius Hanhart, qui a fait de la marque un fleuron de la précision chronométrique allemande entre les années 1920 et les années 1970. Pour cela, la marque va arrêter progressivement la production Swiss made pour se concentrer sur le créneau des montres-bracelets Made in Germany.

La marque va arrêter progressivement la production Swiss made pour se concentrer sur le créneau des montres-bracelets Made in Germany.

L'activité historique de fabricant de chronomètres compte toujours pour les deux tiers de la production
L’activité historique de fabricant de chronomètres compte toujours pour les deux tiers de la production

Nouvelle ligne à trois aiguilles

Hanhart entend ainsi tabler sur ce qui a fait sa force: des montres avec un bon rapport qualité-prix, une identité allemande assumée, une précision à toute épreuve, et le signe distinctif entre tous: le poussoir rouge qui a équipé les chronographes Hanhart depuis le modèle TachyTele de 1939, visant à prévenir toute réinitialisation involontaire du temps de départ.

Le modèle Pioneer TachyTele de Hanhart
Le modèle Pioneer TachyTele de Hanhart

Mais cela ne suffit pas, notamment pour conquérir les marchés asiatiques (l’Allemagne reste le premier débouché, mais la marque est en train de lancer sa distribution en Chine): Hanhart vient donc d’introduire un nouveau modèle à trois aiguilles, le Pioneer One (aux traits très vintage), proposé à 890 euros et équipée d’un mouvement de base Sellita modifié. «Nous n’allons pas faire que du chronographe mais un ensemble de montres fonctionnelles, sur une gamme allant de 890 à 3’000 euros», précise le CEO.

La nouvelle ligne Pioneer One de Hanhart
La nouvelle ligne Pioneer One de Hanhart

Consignation & commissions

La distribution est l’autre grand défi stratégique, pour Hanhart comme pour toutes les marques horlogères de la planète, à la recherche du bon équilibre omnichannel. Simon Hall explique sa stratégie: «Nous avons décidé de mettre nos modèles en consignation chez une sélection de détaillants, qui seront nos représentant physiques. En parallèle, nous avons mis en place une plateforme de e-commerce qui est organisée géographiquement, de sorte de remettre automatiquement une commission à nos partenaires, lors de tout achat dans la zone que celui-ci couvre.»

Le musée de Hanhart, dans les ateliers (immenses) de la marque à Gütenbach
Le musée de Hanhart, dans les ateliers (immenses) de la marque à Gütenbach

Insistant sur l’héritage sportif de Hanhart, Simon Hall nous fait découvrir le musée abrité dans les ateliers, qui compte quelques pépites vintage et des modèles équipant des exploits aventuriers du passé. Aujourd’hui, la marque sponsorise le coureur automobile Stephan Schott sur le rallye Paris-Dakar, ainsi que le voltigeur aérien Bastien Leroux. Mais la cascade la plus folle entreprise par Hanhart semble bien aujourd’hui de revenir en force sur la grande scène horlogère mondiale!

La cascade la plus folle entreprise par Hanhart semble bien aujourd’hui de revenir en force sur la grande scène horlogère mondiale!

Preuve de la longévité de la marque allemande, nous avons trouvé dans nos archives une palette de pages dédiées à Hanhart. Nous en reproduisons certaines ici. Pour plus d’informations, rendez-vous sur notre plateforme d’archives www.europastar.com/club.

Europa Star, n°25, 1/1964
Europa Star, n°25, 1/1964

Europa Star, n°49, 1/1968
Europa Star, n°49, 1/1968

Europa Star, n°68, 2/1971
Europa Star, n°68, 2/1971