04. time-keeper


Everywhere de Krayon ‘Universal Sunrise Sunset’

MONTRES DE VOYAGES

English
février 2018


Everywhere de Krayon ‘Universal Sunrise Sunset'

Cette montre est un défi. Elle est née d’un rêve: revenir à la source du temps, à ce soleil dont le lever et le coucher en bat la mesure, et créer un mouvement mécanique qui puisse «tout simplement» permettre de lire l’heure réelle du lever et du coucher du soleil en tous points du globe!

U

n calculateur mécanique universel de l’heure exacte du lever et du coucher du soleil n’avait encore jamais été réalisé en horlogerie mécanique. Qui plus est, logé dans les quelques petits centimètres cubes du boîtier d’une montre de poignet. Un «rêve» en effet, que Rémi Maillat, jeune mathématicien et horloger, vient de concrétiser avec l’équipe de Krayon, son bureau de créations horlogères sis à La Chaux-de-Fonds.

Pour parvenir à ce résultat, la montre Everywhere combine les cinq paramètres qui influent sur le calcul du lever et du coucher du soleil: les coordonnées de la longitude et la latitude qui permettent de déterminer géographiquement un endroit sur Terre, le fuseau horaire UTC, ainsi que la date et le mois.

Krayon, Everywhere
Krayon, Everywhere

Grâce à une seule simple couronne, combinée avec un poussoir situé sur le côté du boîtier qui permet de choisir le réglage souhaité, l’utilisateur peut ajuster chacun de ces paramètres à volonté et découvrir ainsi l’heure exacte de l’apparition et de la disparition du soleil, à l’endroit de son choix et le jour qu’il souhaite! «L’heure se lit sur le pourtour du cadran, grâce à une flèche bleue sur une échelle 24 heures qui indique également depuis combien de temps le soleil s’est levé, explique Rémi Maillat. La grande aiguille centrale pointe quant à elle les minutes. Un compteur sur la moitié supérieure du cadran permet de connaître la longitude comprise entre +/- 180°, grâce à la plus longue aiguille. Celle plus petite indique le fuseau horaire UTC et évolue par demi-crans, afin de s’adapter à tous les fuseaux en usage dans le monde (donc aussi aux demi-heures de quelques rares fuseaux, voir liste en page 20). Si nécessaire, l’indication DST (Daylight Saving Time ou Summer Time) permet de corriger l’heure pour l’adapter à l’heure d’été. Au centre du cadran principal, sur la gauche, une première petite aiguille indique la latitude, de + à – 60°, alors que l’autre aiguille pointe le paramétrage sélectionné – date, latitude, longitude ou UTC. Enfin, sur la moitié inférieure du cadran, un compteur affiche le jour et le mois.»

Le calibre USS (pour Universal Sunrise Sunset) qui anime l’Everywhere comporte 595 composants, tous conçus et réalisés spécifiquement, qui tiennent dans un boîtier d’une épaisseur de 6,5 mm. Au coeur du mécanisme se loge une équation du temps qui n’est pas affichée mais qui est nécessaire aux différents calculs, d’autant plus complexes que leurs résultats sont opposés, comme le lever et le coucher du soleil. Pour y parvenir, le mécanisme, protégé par trois brevets principaux, comporte 4 différentiels, 84 mobiles et 145 composants de rouage.

Doté d’une réserve de marche de 72 heures, battant à une fréquence de 3Hz, c’est un automatique équipé d’un micro-rotor. Sur le cadran, un cercle de terre claire permet de visualiser la longueur du jour. Un cercle plus foncé symbolise la nuit et leurs deux points de rencontre indiquent le lever et le coucher du soleil dont la course est indiquée par une aiguille bleue. Au fil des saisons et des points du globe, la longueur du jour s’allonge ou se rétrécit. Ce qui devient visiblement perceptible.

Une magnifique performance mathématique, horlogère et philosophique, pourrait-on dire, qui nous rappelle que c’est le Soleil qui écrit nos horaires.