04. le-carnet


Atomique, nano ou à la main...

SIHH 2018

janvier 2018


Atomique, nano ou à la main...

Le futur de l’horlogerie est-il atomique, nano ou tout simplement fait main?

En une seule matinée au SIHH, on peut facilement attraper le tournis et se poser moultes questions. Trois rencontres consécutives, trois approches radicalement différentes et un seul point commun: une passion communicative... Stephen Forsey, de Greubel Frosey, nous dévoile son ultime prototype de nano-horlogerie, Félix Baumgartner et Martin Frei, d’Urwerk, nous démontrent les prémices de leur horloge sympathique atomique, et David Bernard, directeur de la Time Aeon Foundation, nous montre comment les savoirs manuels ancestraux peuvent perdurer. A priori, ce sont trois façons radicalement différentes d’aborder le futur de l’horlogerie, soit à travers la préservation des métiers, dans la recherche de l’infiniment petit ou dans la vibration des atomes. Et pourtant: les principaux soutiens de Time Aeon sont... Greubel Forsey et Urwerk. Comme quoi, on ne peut dissocier la perpétuation de la tradition et les recherches scientifiques les plus pointues.

Horlogerie Nano

Atomique, nano ou à la main...

Lors du SIHH 2017, Greubel Forsey a brûlé la politesse à tous les autres en dévoilant quelques-unes de ses avancées théoriques et en faisant entrevoir une petite seconde foudroyante haute d’à peine un millimètre qui tourne follement non plus sur le cadran mais… à l’intérieur même d’un boîtier. Cette année, pas supplémentaire, Greubel Forsey présente la Nano Foudroyante EWT Greubel Forsey, un prototype totalement implémenté. Les avantages offerts par cette percée horlogère dans le monde du nano sont plus que prometteurs : non seulement cette nano foudroyante consomme-t-elle 1800 fois moins d’énergie qu’une foudroyante « normale », mais le volume occupé par ce nano mécanisme est réduit de 96% ! «Gagner à ce point en énergie et gagner en place nous ouvre des voies jusqu’à présent inédites», nous explique Stephen Forsey. «En économisant à ce point la consommation énergétique, on parvient à des réserves de marche qui vont, à ce stade de nos recherches, jusqu’à 180 jours, avec un barillet de taille normale. De plus, nous pouvons utiliser l’énergie produite par les turbulences de l’air interne, les «courants d’air» deviennent fonctionnels. Une roue à propulsion peut ainsi fonctionner avec une énergie de 20 nano-newton, soit 100’000 fois moins que l’énergie nécessaire à mouvoir un mobile d’échappement.» Contrairement à ce qu’on pourrait penser, travailler à l’échelle nanométrique (il y a un milliard de nanomètres dans un mètre) ne signifie pas du tout travailler avec les mêmes composants, en plus petits. Bien au-delà de ce qui serait une «reproduction » micrométrique, passer de l’échelle du dixième et du millième à celle du milliardième permet de repenser toute la distribution énergétique et spatiale d’un mouvement. L’espace ainsi dégagé – un espace considérable à l’échelle d’un mouvement de montre – permet d’envisager des fonctions inédites. Lesquelles, au juste? «C’est un espace qui s’ouvre, répond Stephen Forsey, et qui nous oblige à penser: que faire de ce volume? C’est une véritable Terra Incognita. Nous y avons déjà implanté un indicateur de fréquence mais après? Les perspectives créatives et fonctionnelles sont proprement inouïes.»

Horlogerie Atomique

Atomique, nano ou à la main...

Un objet a toujours fasciné Félix Baumgartner, l’horloger, et Martin Frei, le designer, tous deux fondateurs d’Urwerk: la pendule sympathique inventée par Abraham-Louis Breguet en 1795. Le principe: une « pendule-mère » dans laquelle insérer chaque soir sa montre pour qu’elle soit réglée et remise correctement à l’heure sans qu’elle soit ouverte et sans avoir besoin de le faire soi-même. C’est exactement cette idée qu’Urwerk reprend mais avec une différence, de taille: la pendule-mère sera atomique! Nom de code de ce projet: AMC, pour Atomic Mechanical Control. La pendule-mère atomique, avec sa précision d’une seconde tous les 317 ans, se présente comme une base en aluminium de 30 kg sur laquelle la montre viendra s’insérer pour qu’elle soit remontée, remise à l’heure exacte et sa fréquence réglée. Un nouveau mouvement, spécifiquement conçu pour pouvoir interagir mécaniquement avec la pendule, est d’ores et déjà en phase de finalisation, et l’on pourra sans doute voir le premier prototype de cette technologie atomique-mécanique à Baselworld. Nous y reviendrons évidemment en détail.

Horlogerie Manuelle

Atomique, nano ou à la main...

On va retrouver Cyrano Devanthey, l’ingénieur-horloger d’Urwerk qui nous a présenté cette horloge atomique, dans le petit atelier installé par la Fondation Time Aeon au sein du Carré des Horlogers du SIHH. Avec son collègue Dominique Buser, il s’est pris de passion pour les anciens outils horlogers et autres vieilles machines-outils. Tous deux les ont restaurés, ont appris à les manier et pour ce faire ont dû retrouver certains gestes oubliés. Puis ils ont lancé le projet de réaliser à l’aide de ces anciens outils une montre entièrement réalisée à la main et se sont donc associés à la Fondation Time Aeon dont le but est précisément de chercher à perpétuer les savoirs traditionnels de l’horlogerie, notamment avec le projet « Naissance d’une montre », lancé dès 2007. Avec le soutien direct de Robert Greubel, Stephen Forsey, Félix Baumgartner et Martin Frei, ils se sont attaqués à la réalisation d’une nouvelle montre qui sera dotée d’un mouvement inversé qualifié de « complètement atypique ». « Côté cadran, on trouvera le système de barillet à force constante avec son différentiel, un grand balancier aux formes hors-normes, ainsi que les heures et les minutes au centre. Côté fond, on trouvera une grande indication de la réserve de marche. » Il ne s’agit donc pas de recréer une montre à l’ancienne, mais bel et bien de créer une montre tout à fait contemporaine en utilisant et donc en préservant et en renouvelant les techniques les plus traditionnelles. Pérenniser des savoir-faire anciens n’est donc pas antinomique avec créer des objets qui regardent vers le futur. Une belle démonstration de groupe.

Atomique, nano ou à la main...