02. time-business


Europa Star Europa Star Europa Star

VENTES AUX ENCHÈRES HORLOGÈRES

VERS LA POLARISATION DES PRIX

English Español 中文

VENTES AUX ENCHÈRES HORLOGÈRES

«Tout ce qui est beau est cher», tel pourrait être l’adage du marché actuel de la montre de collection. Mais au-delà des adjudications record des lots exceptionnels, une double tendance se dessine clairement: le premium et le reste.

T

oute la planète horlogère le sait, tant les médias spécialisés en ont parlé avant, pendant et après: sous le marteau du commissaire-priseur Aurel Bacs, la maison Phillips a adjugé en novembre dernier à Genève une Patek Philippe Réf.1518 en acier pour plus de onze millions de francs suisses (commission comprise). Un record mondial pour une montre-bracelet.

La présence dans un catalogue de vente d’une pareille référence, dont seulement quatre exemplaires sont connus du marché, assurait de facto les conditions d’une adjudication historique. Si ce prix est un nouveau record à battre, il y a fort à parier qu’il ne sera pas le dernier.

L’exception a le prix que l’on veut bien lui donner

En effet, les lots premium, à savoir les pièces les plus rares, proposées dans leur état d’origine et avec pedigree, ne cessent de voir leurs cotes respectives revues à la hausse lors de chaque nouvelle mise en vente.

Cette tendance a déjà été observée dans le marché de l’automobile de collection, lequel connaît une valorisation de plus en plus importante des véhicules dans leur état d’origine. Le récent 50ème anniversaire de la Lamborghini Miura et l’attention portée autour de ce modèle illustre une structure des prix à deux vitesses. Alors que les voitures qui ont su arriver jusqu’à nous dans leur jus originel crèvent le plafond tant en estimation potentielle qu’en vente, celles dans un état légèrement inférieur ne connaissent pas pareil destin, même si leur cote continue de monter. Au delà de la rareté des lots, d’autres facteurs expliquent, tant pour l’automobile que pour la montre de collection, cette tendance haussière des prix du premium. A commencer par le nombre d’acheteurs, lequel ne cesse d’augmenter, engendrant mécaniquement une hausse des prix de vente par le jeu de l’offre et de la demande. Cette inflation avérée du prix de l’exceptionnel a également attiré sur le marché de nouveaux acteurs en quête de valeurs refuges dans un monde où l’investissement est incertain.

Enfin certains collectionneurs ou marchands possédant suffisamment d’exemplaires d’un modèle rare ou d’une spécialité recherchée, comme par exemple les cadrans en émail cloisonné, ont tout intérêt à acquérir des pièces à la hausse. Cette opération leur garantit une augmentation intrinsèque de la valeur des montres déjà en leur possession, mais également parfois une position dominante leur permettant, comme le veut l’expression consacrée, de «faire le marché».

Sold for CHF 11,002,000. An extremely rare, highly attractive and historically important Patek Philippe stainless steel perpetual calendar chronograph wristwatch with moon phases, applied Arabic hour markers, tachymeter scale and bracelet. The watch is accompanied by an Extract from the Archives confirming the date of manufacture in 1943, and subsequent sale on February 22, 1944. Amongst the four known examples, the present watch, until now, was the only one that had yet to appear at auction. Of the four, three were made in the first series of the 1518's production, and one in the later series. The other three known examples remain closely held in private collections. Furthermore, this is the first time in over a decade that a stainless steel 1518 has been offered at auction. Since this watch's rediscovery in the 1990s, it has resided in the most exclusive private collections in the world.
Sold for CHF 11,002,000. An extremely rare, highly attractive and historically important Patek Philippe stainless steel perpetual calendar chronograph wristwatch with moon phases, applied Arabic hour markers, tachymeter scale and bracelet. The watch is accompanied by an Extract from the Archives confirming the date of manufacture in 1943, and subsequent sale on February 22, 1944. Amongst the four known examples, the present watch, until now, was the only one that had yet to appear at auction. Of the four, three were made in the first series of the 1518’s production, and one in the later series. The other three known examples remain closely held in private collections. Furthermore, this is the first time in over a decade that a stainless steel 1518 has been offered at auction. Since this watch’s rediscovery in the 1990s, it has resided in the most exclusive private collections in the world.

Des prix fluctuants et des nouveaux territoires de collection

Phénomène pervers de la focalisation de l’attention sur l’exceptionnel, ces montres hors normes ont tendance à faire de l’ombre à des références qui dans des temps ordinaires seraient mieux appréciées par le marché. Un collectionneur émérite me confiait dernièrement avoir acquis lors des ventes de novembre trois pièces remarquables dans la fourchette basse de leurs estimations initiales. Il est donc possible de réaliser encore des achats intéressants sur un marché qui cherche à faire le tri entre l’exception et la règle.

Enfin, tout comme cela s’est produit dans le marché de l’art, l’augmentation de la demande nécessite le défrichage et la mise en valeur de nouveaux territoires de collection pour répondre à l’offre grandissante. A la façon d’un Ferdinand Hodler passé du statut d’artiste suisse réputé à celui de superstar des catalogues de ventes, une marque comme Universal Genève a vu l’intérêt du marché s’accroître fortement depuis deux ans, propulsant des modèles comme les Tricompax au statut de must have du collectionneur averti. Dernier territoire en vogue, celui des chronographes en acier des années 1950-1960, alors qu’il y a encore peu on leur reprochait d’être quasi tous similaires…

Estimate CHF 500,000–1,000,000. Sold for CHF 670,000. A highly important and most attractive yellow gold ROLEX 1952 wristwatch with cloisonné enamel dial depicting a dragon. The dial was made by one of Geneva's most acclaimed enamellers, Mrs Nelly Richard, who worked with Stern to produce the dials of some of the most sought-after Rolex watches to date.
Estimate CHF 500,000–1,000,000. Sold for CHF 670,000. A highly important and most attractive yellow gold ROLEX 1952 wristwatch with cloisonné enamel dial depicting a dragon. The dial was made by one of Geneva’s most acclaimed enamellers, Mrs Nelly Richard, who worked with Stern to produce the dials of some of the most sought-after Rolex watches to date.

Une bulle?

La question peut donc être posée: dans un marché où les prix prennent l’ascenseur, doit-on s’attendre à l’explosion de ce qui pourrait être une bulle spéculative? La réponse est incertaine, car jusqu’à preuve du contraire les prix attribués à l’exceptionnel semblent toujours trouver preneur et les appétits apparaissent aussi nombreux qu’aiguisés pour ce type d’objets.

Par contre, rien n’est moins certain pour des pièces de moindre importance ayant cependant de façon générale connu une augmentation substantielle de leur valeur tant dans les enchères qu’auprès des marchands spécialisés. A titre de comparaison, la photographie a connu un regain incroyable il y a environ cinq ans en réponse à l’aspect quasi confiscatoire que représentait l’augmentation vertigineuse des prix sur le marché de l’art. Mais aujourd’hui, il apparaît excessivement difficile, voire improbable, de pouvoir réaliser certaines de ces œuvres ne serait ce qu’au prix d’achat d’il y a cinq ans, le marché ayant depuis lors fait son tri avec plus de discernement. Le même phénomène touchera-t-il la montre?