Ceux qui innovent


Des montres en lévitation

INNOVATION

English Español
janvier 2022


Des montres en lévitation

La jeune société de «magie promotionnelle» Levita a remporté l’un des six Luxury Innovation Awards 2021 lors du Luxury Innovation Summit organisé à Genève fin octobre. Il faut dire que leur proposition de faire léviter les objets en vitrine est proprement bluffante.

L

es horlogers aiment à employer métaphoriquement le mot de «magie» à propos de leurs créations. Mais au sens propre, la magie ou les magiciens, en d’autres termes les illusionnistes, ont enrichi l’horlogerie de plusieurs de leurs trouvailles. A commencer par le «créateur de la magie moderne», le célèbre Robert-Houdin.

C’est à cet ancien ouvrier horloger, devenu magicien, mécanicien hors pair, fabricant d’automates, inventeur que l’on doit notamment la première Pendule Mystérieuse dans laquelle les aiguilles sont magiquement suspendues et flottent en lévitation dans le vide et la transparence. Jusqu’à nos jours, Cartier s’en est fait une spécialité et en a tiré quelques chefs d’oeuvre.

Un des numéros les plus célèbres de Jean-Eugène Robert-Houdin (il a abandonné son nom de «Robert», trop fréquent en horlogerie, pour celui de sa femme, «Houdin») était L’Enfant soulevé par un cheveu ou La Suspension Ethérée dans lequel il faisait léviter son propre fils dans un nuage d’éther. Tous les magiciens du monde ont repris ses tours et ses techniques.

Un des numéros les plus célèbres de Jean-Eugène Robert-Houdin était L’Enfant soulevé par un cheveu ou La Suspension Ethérée dans lequel il faisait léviter son propre fils dans un nuage d’éther.

Magie promotionnelle

Levita est une jeune société belge, fondée en 2018 par deux magiciens, Clément Kerstenne et Philippe Bougard. Connus pour leurs shows et reconnus à l’international dans le milieu des magiciens professionnels pour leurs concepts innovants. Après avoir fondé la société de magie In The Air dès 2012 ils ont développé, mis leur talent, leur ingéniosité et leur humour au service d’une magie qu’ils appellent «promotionnelle».

L'équipe de Levita
L’équipe de Levita

Leurs interventions lors d’événements d’entreprise sont multiples, d’une magie de proximité à des shows grandioses dans lesquels ils transforment des voitures en citrouilles. Avec Levita, ils se sont mis à développer une technologie unique. Celle-ci permet de mettre en lévitation de petits objets qui flottent et circulent 7 jours sur 7 et 24h sur 24 dans le vide de leur vitrine.

Avec Levita, les magiciens se sont mis à développer une technologie unique. Celle-ci permet de mettre en lévitation de petits objets qui flottent et circulent 7 jours sur 7 et 24h sur 24 dans le vide de leur vitrine.

«Un mélange d’électro-mécanique et de secret de magicien»

Si la montre, en l’occurrence, lévite et flotte, c’est grâce à «un mélange d’électro-mécanique et de secret de magicien». C’est tout ce qu’on en saura officiellement.

Le système «magique» est fluide, la montre se déplace et se dévoile sous tous les angles, dessinant des arabesques dans le vide. Il peut parfaitement fonctionner sans vitre et on peut se saisir de la montre et la prendre en mains.

Une possibilité que la boutique Roger Dubuis de Genève utilise joliment: quand un client vient chercher sa montre, il la découvre lévitant dans l’entrée et peut lui-même la prendre en mains.

Des montres en lévitation

Un logiciel permet de définir les mouvements et de dessiner les parcours et les vitesses de la ou des pièces en lévitation. «On peut très bien imaginer un essaim de bijoux en forme d’abeilles qui virevoltent et se croisent dans le vide», nous explique Nicolas Dembour qui gère les opérations de Levita.

La part électro-magnétique du système est munie d’une carte-mère que l’on peut relier avec nombre de dispositifs additionnels. Un seul exemple: on peut très bien imaginer la relier à une caméra ou à un détecteur de présence et faire ainsi interagir directement l’objet en mouvement avec le spectateur en se rapprochant ou s’éloignant en le suivant dans ses mouvements. Les possibilités créatrices de cette «automatisation de la magie» semblent considérables, les opportunités de scénographies innovantes sont nombreuses.

Pour l’instant, le poids et le volume des objets en train de léviter est encore limité. Mais à proche échéance, Levita pourra faire flotter des objets de deux ou trois kilos. Un prototype fonctionne déjà avec une bouteille de champagne proche du kilo.

Une possibilité que la boutique Roger Dubuis de Genève utilise joliment: quand un client vient chercher sa montre, il la découvre lévitant dans l’entrée et peut lui-même la prendre en mains.

Une technologie invisible

Un des points importants est de faire en sorte que la technologie - totalement invisible - ne prenne pas le pas sur l’objet mais soit là pour en magnifier la présence, qu’elle soit au service de l’objet, montre, bijou, accessoire, vêtement voire oeuvre d’art.

Les grands groupes du luxe, que ce soit Richemont ou LVMH s’intéressent d’ores et déjà de très près aux propositions de Levita. Certains ont récemment franchi le pas, comme Roger Dubuis ou encore Audemars Piguet qui ont installé une dizaine de vitrines Levita principalement en Asie.

Mais l’objectif de la jeune entreprise en magie promotionnelle est de conserver une certaine exclusivité et de faire en sorte de tisser des rapports étroits pour que ses clients s’approprient graduellement cette technologie et l’enrichissent créativement. Leur prix garantit déjà une forme d’exclusivité, avec un prix de base de 18’000€ pour une vitrine seule, rabaissé à 13’500€ pièce pour une commande de dix vitrines.

D’ores et déjà plusieurs modèles de grandeurs différentes sont proposés. Notamment de petites vitrines transportables, destinées à des présentations ponctuelles ou des expositions.

A proche échéance, Levita pourra faire flotter des objets de deux ou trois kilos. Un prototype fonctionne déjà avec une bouteille de champagne proche du kilo.

Mais comme on le sait, les magiciens ont plus d’un tour dans leur sac.

«En ce moment, nous travaillons sur d’autres automatisations de numéros classiques de la magie, abonde Nicolas Dembour. Nous travaillons notamment sur la téléportation et son automatisation. Imaginez une vitrine dans laquelle il y a quatre sacs côte à côte. Dans chaque sac on trouve un objet différent. L’objet est télétransporté d’un sac à l’autre. Il est ici, il disparaît puis il réapparaît magiquement dans un autre sac...»

De quoi revivifier spectaculairement l’art de la vitrine.