Ceux qui innovent


Tissot: le pari de la connexion sans la disruption

STRATÉGIE

English Español
septembre 2020


Tissot: le pari de la connexion sans la disruption

C’est le premier grand projet du nouveau patron Sylvain Dolla au sein du géant industriel suisse. La montre connectée de Tissot, la T-Touch Connect Solar, était fortement attendue, tant le nouveau marché créé par ce type de modèle a «explosé» depuis cinq ans. Le projet, fruit de quatre ans de recherches, associe étroitement Tissot, les entreprises de production de Swatch Group et le CSEM pour concevoir un écosystème numérique helvétique. Avec l’ambition de prendre le contre-pied de l’électronique de grande consommation.

O

n l’attendait depuis longtemps. Et chaque année, les rumeurs se faisaient plus insistantes sur la production d’une première montre connectée par Tissot, le géant industriel suisse du garde-temps accessible – et donc la marque la plus «légitime», avec Swatch, pour concevoir ce type de modèle. La pression se faisait d’autant plus forte que la montre connectée s’est vraiment créé un marché ces cinq dernières années: l’objet, qui laissait de nombreux observateurs sceptiques lors de son émergence, est entré dans la vie quotidienne.

L’exercice est néanmoins périlleux pour une marque aussi ancienne que Tissot, fondée en 1853. Peut-elle associer la durabilité traditionnelle de sa production à la vie éphémère d’une connexion qu’il faut sans cesse mettre à jour? C’est à Sylvain Dolla qu’est revenue la mission de résoudre cette équation complexe – assez naturellement pour celui que l’on pourrait surnommer «Mr. Connexion» au sein de Swatch Group.

Cet ancien d’Alcatel était en effet déjà en charge du modèle Paparazzi, un ancêtre des montres connectées lancé par Swatch et Microsoft en… 2004! La même, une collaboration entre Tissot et Microsoft donnera naissance au modèle High-T.

Swatch Group avait lancé dans les années 1990 et au début des années 2000 plusieurs projets connectés, ancêtres des modèles actuels. Cet article paru dans un numéro Europa Star de 1997 en retrace quelques-uns. Aujourd'hui à la tête de Tissot, Sylvain Dolla avait supervisé le lancement d'un de ces modèles précurseurs, la Swatch Paparazzi en 2004.
Swatch Group avait lancé dans les années 1990 et au début des années 2000 plusieurs projets connectés, ancêtres des modèles actuels. Cet article paru dans un numéro Europa Star de 1997 en retrace quelques-uns. Aujourd’hui à la tête de Tissot, Sylvain Dolla avait supervisé le lancement d’un de ces modèles précurseurs, la Swatch Paparazzi en 2004.
©Europa Star 6/1997

Après neuf ans à la tête de Hamilton, Sylvain Dolla a pris les rênes opérationnelles de Tissot en juillet dernier, notamment pour assurer ce tournant stratégique majeur. Tout, dans le lancement de la T-Touch Connect Solar, s’est fait selon la tradition industrielle de Swatch Group, à rebours de ce qu’on peut expérimenter dans le monde de l’électronique de grande consommation. C’était l’une des clés pour mener à bien ce projet.

«Nous avons pris notre temps»

Le projet a été initié il y a quatre ans. Entre-temps le marché de la montre connectée a pris son envol. Le délai de réaction n’était-il pas trop long?

«Au contraire, l’intérêt du projet était justement que nous n’avions pas de deadline, répond Sylvain Dolla. Sur cette période, de nombreux projets de montres connectés ont fait un fiasco. Nous ne sommes pas des moutons! Nous ne voulions pas courir derrière les autres: la plus grande erreur aurait été de nous lancer dans l’électronique grand public avec un sentiment d’urgence. Ce qui aurait inévitablement endommagé notre marque.»

Sylvain Dolla a pris les rênes de Tissot le 1er juillet, après neuf ans comme CEO de Hamilton, autre marque de Swatch Group. La T-Touch Connect Solar est son premier grand projet au sein de l'horloger du Locle.
Sylvain Dolla a pris les rênes de Tissot le 1er juillet, après neuf ans comme CEO de Hamilton, autre marque de Swatch Group. La T-Touch Connect Solar est son premier grand projet au sein de l’horloger du Locle.

«La plus grande erreur aurait été de nous lancer dans l’électronique grand public avec un sentiment d’urgence.»

C’est donc avec une carte blanche de la direction de la marque et de Swatch Group et sans date butoir ferme que Sylvain Dolla a pu constituer une équipe pour mener ce projet en toute discrétion et en collaboration étroite avec Nicolas Clerc, en charge du développement produit chez Tissot. Les deux responsables ont notamment mobilisé les ressources des filiales de Swatch Group telles qu’EM Microelectronic, entité spécialisée dans les circuits intégrés miniaturisés à très faible consommation, ainsi qu’ETA pour les mouvements électroniques. L’entreprise s’est aussi rapprochée du Centre Suisse d’Electronique et de Microtechnique (CSEM), le pôle de recherche de pointe de l’industrie horlogère suisse.

Dans la continuité de la T-Touch

Autre clé pour comprendre la démarche de Tissot: le modèle connecté ne se veut pas produit «disruptif» mais s’inscrit dans la continuité de la première montre tactile multifonctions de l’histoire, lancée en 1999. La Connect Solar peut donc être vue comme une T-Touch «augmentée». Elle n’abandonne d’ailleurs pas les aiguilles mais les associe à un affichage numérique de petite taille à 6h.

Un modèle à affichage analogique et numérique de Tissot dans une édition de 1999 d'Europa Star (en bas à gauche). La marque inscrit le nouveau modèle Connect Solar dans la continuité de sa ligne hybride et tactile multifonctions T-Touch.
Un modèle à affichage analogique et numérique de Tissot dans une édition de 1999 d’Europa Star (en bas à gauche). La marque inscrit le nouveau modèle Connect Solar dans la continuité de sa ligne hybride et tactile multifonctions T-Touch.

«Depuis l’apparition de la T-Touch, l’affichage numérique fait partie de notre univers. Mais nous souhaitons continuer de développer des montres plutôt que des instruments. Si vous supprimez les aiguilles, vous tombez dans le monde de l’électronique grand public», précise Sylvain Dolla.

Le mandat de base consistait ainsi à «produire une montre qui puisse être utilisée sur plus d’une décennie ad minima, au même titre que tout autre modèle Tissot», tout en façonnant un écosystème logiciel autonome. Ces deux «obsessions» – l’autonomie (via l’énergie solaire) et l’indépendance (via une plateforme suisse) – ont constitué le fil rouge du projet.

D'un diamètre de 47 mm et étanche à 100 mètres, la T-Touch Connect Solar est disponible en titane satiné, titane PVD noir ou titane PVD or rose. Elle est équipée d'une lunette en céramique.
D’un diamètre de 47 mm et étanche à 100 mètres, la T-Touch Connect Solar est disponible en titane satiné, titane PVD noir ou titane PVD or rose. Elle est équipée d’une lunette en céramique.

«Si vous supprimez les aiguilles, vous basculez dans un tout autre monde. Nous souhaitons rester dans l’univers horloger.»

Un système d’exploitation propriétaire

L’une des grandes inconnues résidait dans la capacité de produire un «moteur» logiciel crédible en Suisse, loin des géants de la Silicon Valley ou d’Extrême-Orient, les grands spécialistes du software. Pour cela, le Swatch Group a collaboré étroitement avec le CSEM, dont le siège se trouve à Neuchâtel. «Pas une minute nous n’avons pensé à externaliser le système d’exploitation hors de Suisse. Et chaque ligne de code a été écrite avec le souci particulier d’une consommation énergétique minimale», précise Sylvain Dolla.

Nécessaire à l’obtention du label Swiss made, le système d’exploitation propriétaire à basse consommation qui en résulte, baptisé «Sw-ALPS», peut interagir avec les smartphones tournant sur iOS (Apple), Android (Google) et Harmony OS (Huawei) via une puce Bluetooth Low Energy relié à une application dédiée. «Il s’agit de la première montre connectée compatible avec le nouveau système d’exploitation de Huawei, ce qui la rend vraiment universelle», souligne le responsable.

«Chaque ligne de code a été écrite avec le souci particulier d’une consommation énergétique minimale.»

La T-Touch Connect Solar possède les fonctionnalités de base d’une T-Touch Solar Expert: quantième perpétuel, compte à rebours, divers chronométrages et alarmes ainsi que des indicateurs météo et altimètre. La connexion apporte deux catégories principales de fonctions supplémentaires: la montre affiche les notifications (appels, SMS, e-mails) et embarque également un traqueur d’activité (enregistrement du nombre de pas, des distances et de l’énergie dépensée), couplé à un accéléromètre.

«La qualité suisse, c’est aussi la sécurité des données»

Alors que la plupart des montres connectées disponibles sur le marché permettent également le contrôle de données liées à la santé (comme le rythme cardiaque), Swatch Group n’a pas souhaité s’engager dans cette voie. Sylvain Dolla assume ce choix: «La connexion, oui, l’accessoire médical, non! Récolter des données sensibles et privées en matière de santé n’est pas la raison d’être de notre marque. La garantie d’un label suisse signifie aussi la sécurité des données et le respect de la vie privée.»

Un point particulièrement sensible, alors qu’un géant de la montre connectée, Garmin, a récemment fait l’objet d’une cyber-attaque de type ransomware. «Aucun fournisseur n’a la main sur les données par le biais d’un composant ou du système d’exploitation, assure le responsable. Toutes les informations du porteur restent strictement personnelles et logées dans l’application mobile de la T-Touch Connect Solar. Nous maîtrisons complètement cet environnement.»

Une application dédiée à la NBA, dont Tissot est le sponsor horloger, est prévue pour l'an prochain.
Une application dédiée à la NBA, dont Tissot est le sponsor horloger, est prévue pour l’an prochain.

La manipulation des fonctions du modèle s’effectue via deux poussoirs, la couronne électronique et le verre tactile en saphir inrayable. Une longue pression sur le bouton «start» à 2 heures active la glace tactile, tandis que le même geste sur le bouton «back» à 4 heures affiche l’écran d’accueil. La montre possède plusieurs modalités de sécurisation et de verrouillage. Non connectée, elle reste l’équivalent d’une T-Touch Solar Expert et les fonctions traditionnelles comme la météo, l’altimètre ou la boussole continuent à être opérationnelles.

L’intention de Tissot est d’ajouter «au moins une fonction supplémentaire par année»: l’horloger annonce notamment une application spéciale NBA (une compétition sponsorisée par la marque) l’an prochain.

L’ennemi de la connexion: la consommation énergétique

La conception du système d’exploitation n’a cependant pas été la partie la plus difficile du projet, révèle Sylvain Dolla: «Les cellules solaires ont été bien plus complexes à réaliser.» Pour cela, la marque a eu recours aux ressources du groupe via EM Microelectronic et ETA pour concevoir une motorisation électronique fonctionnant à l’énergie solaire. «Il n’y a pas que la connexion, tout est nouveau dans cette montre.»

Pour Tissot, la gestion de l’énergie, qui représente le point faible de la plupart des montres connectées à faible autonomie, est l’élément qui doit lui permettre de se distinguer. Des cellules photovoltaïques de dernière génération ont été pensées et développées de manière esthétique afin d’être elles-mêmes le cadran de la montre.

La gestion de l’énergie, qui représente le point faible de la plupart des montres connectées à faible autonomie, est l’élément qui doit permettre à Tissot de se distinguer.

De type MIP, pour «Memory in Pixel», l’écran à 6h s’assimile à un affichage passif. Il est rafraîchi uniquement lorsque nécessaire, ce qui permet des économies d’énergie. La T-Touch Connect Solar est par ailleurs dotée d’une luminosité adaptative, qui commande un rétroéclairage dès que le jour faiblit.

Résultat: l’autonomie est «quasi infinie» en mode montre déconnectée. En mode interactif et après le démarrage du Bluetooth, Tissot communique une autonomie de six mois, «dépendant d’une multitude de facteurs, comme la fréquence d’activation des notifications sur l’écran ou par vibreur, le rétroéclairage, l’adaptation à la luminosité ambiante et la quantité de données échangées».

La T-Touch Connect Solar abrite des cellules photovoltaïques en guise de cadran. Grâce à l'énergie solaire, Tissot annonce une autonomie minimale de six mois en cas d'utilisation des fonctions connectées.
La T-Touch Connect Solar abrite des cellules photovoltaïques en guise de cadran. Grâce à l’énergie solaire, Tissot annonce une autonomie minimale de six mois en cas d’utilisation des fonctions connectées.

Plus de 30 millions d’investissement

Le développement de la T-Touch Connect Solar a représenté un investissement total de plus de 30 millions de francs pour Swatch Group. Mais ses applications industrielles dépassent ce seul modèle. «C’est de la recherche à 360°: nous avons développé de nouveaux moteurs pour les aiguilles, ainsi que des cellules solaires qui pourront être utilisés sur des modèles non connectés», souligne Sylvain Dolla.

A terme, la collection T-Touch dans son ensemble sera équipée de modules connectés, puisqu’ils n’empêchent pas une utilisation «classique» du modèle. Les séries actuelles seront progressivement retirées du marché.

Toujours pour se démarquer de l’offre globale en montres connectées, le responsable insiste également sur le choix des matériaux: le boîtier de 47 mm (pas pour les petits poignets, donc!) est en titane et la lunette en céramique gravée, associés à des bracelets en caoutchouc ou en titane. La glace tactile est quant à elle en saphir.

Le prix de départ du modèle est exactement le même que celui de la T-Touch Expert Solar non connectée, soit 995 CHF. «Nous tenions absolument à rester sous la barre des milles francs, dans notre cœur de gamme», précise Sylvain Dolla.

A terme, la collection T-Touch dans son ensemble sera équipée de modules connectés.

La distribution commence cet automne en Suisse, qui agit comme marché-test pour cette ligne très attendue, avant de s’étendre à certains pays européens d’ici la fin de l’année, puis à la Chine et aux Etats-Unis. L’heure est également à la formation des équipes et représentants sur ce nouveau type de produit.

Sylvain Dolla apprécie avant tout la liberté qui lui a été laissée pour développer ce projet: «Quand je travaillais dans l’électronique grand public, nous avions une date-butoir à atteindre à tout prix, quel que soit le progrès de la technologie. Avec ce projet, nous ne réagissons pas à la concurrence mais produisons une innovation proprement horlogère, grâce à une méthodologie agile et à l’intelligence collective.»

C’est donc peu dire que dans son développement lui-même, ce projet affiche des caractéristiques tout helvétiques. Pour Tissot, un nouveau chapitre s’ouvre en cette année 2020 déjà sans précédent. Mais ce n’est pas tout à fait un saut dans l’inconnu, plutôt le pari d’une intégration «en douceur» de la connexion.

Pas tout à fait un saut dans l’inconnu, plutôt le pari d’une intégration «en douceur» de la connexion.

TISSOT T-TOUCH CONNECT SOLAR: FICHE TECHNIQUE

Tissot: le pari de la connexion sans la disruption

Swiss Made • Système d’exploitation à basse consommation Sw-ALPS • Boîtier en titane, revêtement PVD noir et or rose • 47 mm de diamètre; 15.3 mm d’épaisseur • Couronne électronique • Lunette en céramique • Marquages de la rose des vents luminescents • Verre en saphir inrayable et tactile • Etanche 100 m (10 ATM) • Mouvement à quartz, recharge solaire • Cadran à cellules photovoltaïques • Ecran digital MIP à basse consommation (Memory In Pixel)

DÉCOUVREZ TOUTES NOS ÉDITIONS DEPUIS 1950
Plus de 100’000 pages d’archives à découvrir dans notre base de données Europa Star Club.