Horlogerie et environnement


Greubel Forsey bannira les bracelets en cuir animal dès 2022

INDUSTRIE

English Español
juin 2021


Greubel Forsey bannira les bracelets en cuir animal dès 2022

Alors que nous relevons depuis le début de l’année une multitude d’initiatives de bracelets «alternatifs», la marque de Haute Horlogerie prend une décision sans compromis: à partir du 1er janvier 2022, tous ses bracelets seront composés en matières végétales. Une manière d’infuser sa R&D en ce domaine également. Explications.

L

e thème de l’environnement et des alternatives aux cuirs animaux entre en force dans le domaine de l’horlogerie, comme nous le chroniquons de plus en plus régulièrement, en cette année 2021 chargée d’actualité sur ce plan. Si l’on a vu quelques initiatives intéressantes sur les bracelets en matières innovantes, c’est à présent un nom très reconnu de la Haute Horlogerie, Greubel Forsey, qui annonce une décision radicale: celle de bannir le cuir animal dans la totalité de ses modèles à compter du 1er janvier 2022.

Derrière cette initiative, on retrouve Antonio Calce, nommé CEO de la marque en décembre 2020 et qui mène depuis lors une réflexion de fond sur les opérations de Greubel Forsey - à ce sujet, relire ici notre entretien intitulé «Une vision pour la pérennité», ce qui en dit long... Une vision qui ne s’exprime pas que pour le mouvement ou le boîtier, donc, mais aussi le bracelet.

Greubel Forsey bannira les bracelets en cuir animal dès 2022

«L’offre technique pour des bracelets végétaux est mature et nos clients sont par essence avant-gardistes et réceptifs à l’innovation, souligne Antonio Calce. Nous souhaitons être en phase avec leur vision du monde et nous nous réjouissons d’écrire un nouveau chapitre d’une Haute Horlogerie plus responsable.»

Derrière cette initiative, on retrouve Antonio Calce, nommé CEO de la marque en décembre 2020 et qui mène depuis lors une réflexion de fond sur les opérations de Greubel Forsey.

La marque affiche pour ses futurs bracelets végétaux «un cahier des charges exactement similaire à celui de ses bracelets cuirs». Soit de «l’intransigeance totale sur la qualité, avec des tests poussés à l’extrême concernant l’apparence, le vieillissement, l’usure et la résistance à l’eau ou aux ultra-violets».

Au toucher, «il sera quasiment impossible de faire la différence entre bracelet végétal et sa version cuir – le sacrifice et la souffrance en moins pour les animaux». Plusieurs variations de couleurs seront disponibles. Il en ira de même des boucles, déployantes ou ardillon, selon les modèles - à noter d’ailleurs que des bracelets végétaux haut de gamme à boucle déployante n’existent pas à ce jour en Haute Horlogerie.

Greubel Forsey souligne encore que cette initiative ne restera pas isolée et que ses équipes travaillent à «de nouveaux développements responsables, à court et moyen terme». Ce n’est donc qu’un début, pour la marque comme pour l’industrie horlogère suisse plus largement.