le-carnet



Patrick Pruniaux grimpe chez Girard-Perregaux

English
août 2018


Patrick Pruniaux grimpe chez Girard-Perregaux

L’ancien haut responsable chez Apple est désormais le nouvel homme fort de l’horlogerie de grande tradition chez Kering. Déjà CEO de Ulysse Nardin, le patron dynamique reprend à présent les rênes de Girard-Perregaux suite au départ d’Antonio Calce. Quelles seront ses ambitions pour ces deux marques historiques? Portrait express.

Chez Ulysse Nardin, il a déjà insufflé un bon vent de renouveau et de dynamisme. Et a sans doute compris que les patrons du 21ème siècle doivent être à la fois abordables et intransigeants, scrutés tant par les réseaux sociaux que professionnels. Lors de notre première rencontre, nous avons cru avoir affaire à un «Macron de l’horlogerie» - voir ici notre entretien extensif du début de l’année à l’Arcade Europa Star.

Ce sportif chevronné s’attaque à un nouveau «8000 mètres». Son style et ses résultats semblent en effet avoir convaincu le groupe Kering: Patrick Pruniaux vient d’être nommé à la tête de Girard-Perregaux, sans nul doute la marque la plus prestigieuse du portfolio horloger du groupe.

Girard-Perregaux Laureato Chronograph 42mm
Girard-Perregaux Laureato Chronograph 42mm

Une marque qui, à l’heure numérique et face à l’envol commercial d’autres maisons partageant son prestige et sa longévité, comme Audemars Piguet ou Patek Philippe, tente depuis deux ans de trouver sa juste place dans le concert des marques plébiscitées par les amateurs horlogers mondialisés et ultra-connectés.

Ce retour à la notoriété, impliquant de transférer tout le pedigree historique de Girard-Perregaux dans les nouveaux réseaux de la distribution et de la visibilité horlogère, l’ancien patron Antonio Calce l’a entamé en particulier autour de la relance du modèle Laureato de 1975. Alors que les Daytona, les Royal Oak et les Nautilus conservent une aura sans égal, Girard-Perregaux entend bien réclamer sa part du gateau avec un modèle-phare des années 1960-1970, mythifiées comme jamais à l’ère numérique.


A cette difficulté près qu’aucune de ces prestigieuses cousines n’a réellement dû être «relancée»... C’est bien là tout le défi: personne n’évoque jamais le besoin de «relancer» la marque quand un Rolex ou un Audemars Piguet change de directeur. Charge donc maintenant à Patrick Pruniaux de s’assurer que l’on n’évoque désormais plus que la continuité!

Le profil du nouveau directeur est inédit, puisqu’il a passé presque autant de temps à étudier la Silicon Valley, lors de son passage à Cupertino pour contribuer au lancement de l’Apple Watch, que la Watch Valley, où il a d’abord oeuvré au sein de TAG Heuer.

Et c’est bien tout le paradoxe du moment: alors que beaucoup annonçaient la mort programmée de cette désuète montre mécanique avec la transition numérique, le contraire s’est produit. Instagram profite même bien plus, en termes de visibilité, à la montre vintage qu’à la nouveauté du mois passé. Le «temps long» de l’horlogerie se marie parfaitement avec le «temps court» des réseaux sociaux, comme nous le soulignions dans une récente chronique.

Girard-Perregaux Classic Bridges 45mm
Girard-Perregaux Classic Bridges 45mm

Chez Ulysse Nardin, Patrick Pruniaux a commencé par dérider l’image de la marque, avec une communication Freak me out! qui a rencontré un certain écho (lire ici). Une certaine approche «organique» de l’horlogerie, symbolisée entre autres par les oeuvres de Damien Hirst lors du dernier SIHH. L’ambition d’ancrer la marque dans l’art contemporain - l’horlogerie y a désormais sa place -, dans la nature (dépassant l’horizon marin originel d’Ulysse Nardin) et dans la rupture autour de la manière décalée d’afficher l’heure sur la Freak, remise au centre du jeu comme signature de la marque.


Girard-Perregaux pourra certainement moins jouer la carte ultra-contemporaine décalée qu’Ulysse Nardin. On imagine Patrick Pruniaux plutôt décliner la facette vintage, solide, sport-chic et rassurante à la Laureato - un terrain moins «niche», avec un potentiel d’attraction pour un plus large public, mais qui compte néanmoins déjà une solide concurrence. Comment le nouvel homme fort va-t-il utiliser l’outil de production de Girard-Perregaux? Va-t-il lui donner un coup de fouet? Nous y reviendrons prochainement avec l’intéressé.